Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain, le tri sélectif est d’actualité et « relativement » facile !

tri sélectif

Sacs Gifi

Les français ne sont ni des pionniers ni des champions du tri sélectif ! En effet, alors que de nombreux pays avaient il y a plus de trente ans déjà instauré une taxe sur le nombre de poubelles ordinaires sorties sur le trottoir, nous en étions encore aux balbutiements du conteneur à verre. Lentement et de façon très inégale selon les régions de France, les progrès sont palpables. En particulier dans les stations touristiques, j’ai vu des infrastructures efficaces et non ostentatoires mises en place. Ainsi on ne trie plus seulement devant sa porte mais au quotidien.

Ce devrait être depuis longtemps devenu un geste quotidien. Et pourtant beaucoup de villes de France comme Marseille où j’ai vécu plus de 4 ans est encore très hésitante voire réfractaire au tri sélectif.

Même si de nombreux habitants- je ne sais si c’est une majorité- trient dans leur cuisine, les poubelles une fois ramassées sont mélangées tel un infâme gloubi-boulga. Trop souvent les conteneurs géants débordent faute d’avoir été vidés. Et enfin lorsque l’on roule derrière un camion dédié, au moindre coup de vent, les ordures s’envolent et se déposent ici ou là !

Bac jaune ? Bac vert ? Bac bleu ? Pour quel type déchet ?

J’ai régulièrement entendu au retour de l’école que nos enfants avaient eu une ou deux heures de formation sur le tri sélectif des déchets à l’école primaire. Super ! J’ai évidemment depuis au moins 15 ans, instauré un tri sélectif familial. Et même si les pièges sont nombreux et qu’être un expert du tri sélectif n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît, nous progressons. Nous tentons évidemment de nous adapter à ce que j’appellerai (c’est un jugement personnel) des incohérences. Comment savoir si tel plastique a sa place dans le bac jaune mais pas tel autre. Ou encore doit-on finalement oui ou non écraser les bouteilles et les canettes ? Déchirer ou froisser le papier glacé ou journal ?

Bref, nous ne sommes pas encore prêts pour les Olympiades de la poubelle parfaite.

Voici toutefois quelques conseils à appliquer dans sa vie quotidienne pour réaliser un tri sélectif des plus effectifs.

Videz consciencieusement vos emballages alimentaires !

Lors du choix du bac de recyclage de son déchet il est important de prendre en compte son extérieur évidemment. De quoi est-il fait ? Mais aussi que contient son intérieur ? Les déchets alimentaires en sont le parfait exemple. Peu importe de quoi ils sont composés, si certains emballages contiennent des restes de nourriture, alors  jetez-les dans votre poubelle ordinaire. Attention aussi aux flacons de produits ménagers type eau de javel, soude caustique etc…

Compactez vos déchets dès que possible !

Pour garantir l’optimisation de l’espace de tri, il est important de réduire l’espace pris par chaque déchet. Compactez donc vos bouteilles et vos flacons en plastique. Bien entendu aplatissez aussi vos boîtes en carton. Les bacs seront moins vite remplis. Ainsi plus de déchets pourront être recyclés. Quid du papier ? Mes enfants me répètent régulièrement que le papier ne doit être ni froissé en boule ni déchiré ! Ils l’ont forcément appris quelque part.

Faites attention aux composants de vos déchets !

Bien que les matériaux soient les mêmes, tout ne se jette pas forcément dans le même bac de tri. C’est le cas pour le verre. Ainsi, lui se jette d’habitude dans le bac bleu. Il faut tout de même veiller à ne pas ajouter la vaisselle et les flacons de parfum en raison de leur composition chimique. En effet, ils ne fondent pas à la même vitesse que les bouteilles ou les bocaux. Il faut donc les jeter dans le bac des ordures ménagères. 

Le tri sélectif n’a jamais été autant à portée de main pour tous :

Et si le tri sélectif devenait un jeu d’enfant ? Grâce à des lots de 3 sacs de tri, il est désormais possible de trier le plastique, le verre et le papier assez facilement. Plus aisément en tous cas.

Ils se transportent sans difficulté grâce à leurs anses respectives. Mais ils sont également pratiques et stables grâce à un bouton de pression qui les relie entre eux. Pour encore plus de praticité et de durabilité, ces sacs sont lavables et bien sûr réutilisables.

Notre expérience outre-mer où le recyclage ou l’évacuation des ordures et déchets est un problème récurrent est hélas décevante. 

Que ce soit dans le Pacifique ou en Guyane, le retard est encore plus important qu’en métropole. A Wallis la déchèterie ne venait pas à bout des canettes et autres matériaux recyclables. Pourtant il existait une consigne des bouteilles et canettes, vieux système qui n’existe plus que dans certains supermarchés dont je soupçonne que l’enseigne fait ainsi surtout parler d’elle.

En Guyane, les poubelles jaunes et ordinaires, la déchèterie sont en place. Mais la masse de décharges sauvages sur le bord des routes ou près des forêts est un triste indicateur que tout reste à faire. Et faire comprendre ….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.