Patrick Frey, Zola, Flaubert, Hugo, Chateaubriand et les autres…

Jusqu’au 24 juillet, la Maison de Chateaubriand à Chatenay-Malabry accueille l’exposition « Étoffes et Littérature ». Passionnante, cette expo offre aussi l’occasion de découvrir les créations de la Maison Pierre Frey. Patrick Frey, son Président et directeur artistique résume son dessein : « Reproduire sans affadir, voilà ma façon d’envisager la réplique de documents anciens ». Patrick Frey

Une maison discrète, dans la Vallée aux Loups

Chateaubriand et son épouse Céleste s’installent dans cette maison en 1807. Ils y resteront dix ans. Dix ans pendant lesquels François-René de Chateaubriand aménagera avec passion le parc qui l’entoure. Il y plante des arbres évoquant ses différents voyages : cèdre du Liban, pin de Jérusalem, catalpa d’Amérique, cyprès chauve, hêtre pourpre, magnolia, laurier de Grenade… « Si j’étais riche… je deviendrais un gentleman farmer dans toute la force du mot » écrivit l’auteur des Mémoires d’outre-tombe à Madame de Duras. Chateaubriand aimait ses arbres. On les admire toujours, et on les aime, nous aussi, dans ce qui est maintenant l’Arboretum, classé à l’Inventaire des Sites pittoresques.

Un escalier à double branche mène aux appartements du « voyageur immobile »

Patrick Frey

@F. Lebel

Les pièces sont petites, intimes. Et la scénographie de l’exposition renforce l’impression d’entrer vraiment dans l’intimité de Chateaubriand. Mais également dans celle d’Honoré de Balzac, Victor Hugo, George Sand, Edmond et Jules de Goncourt, Émile Zola, Guy de Maupassant. Tous particulièrement investis dans l’aménagement de leurs intérieurs. Jean Cocteau, bien que n’appartenant pas au XIXè est aussi représenté. Au gré des alcôves, des corridors et des salons, on découvre l’univers de ces prestigieux écrivains, reflet de leur goût, et de la société du XIXè. « Les textiles décoratifs dans leurs intérieurs et dans leurs romans entretiennent un rapport avec le goût, la volonté d’ embellir, l’apparence et le rejet de soi », explique Anne Sudre, responsable de la conservation de la Maison de Chateaubriand. Plus de quarante œuvres issues du patrimoine de la Maison Pierre Frey sont mises en parallèle avec ces romans naturalistes. Textiles anciens, recueils de commande, gouaches, pour la plupart jamais exposés au public, illustrent ainsi des projets de décoration.

Patrick Frey

Patrick Frey @F. Lebel

L’occasion de voir et de toucher des étoffes

Patrick Frey

@F. Lebel

L’exposition, outre des prêts exceptionnels du Mobilier National, de la Bibliothèque de France, du Musée des Arts Décoratifs et Musée d’Orsay, permet une approche directe de nombreuses étoffes. Si moire, damas, brocart, velours d’Utrecht ou de Gênes sont présents dans les œuvres des écrivains, les lecteurs d’aujourd’hui ignorent souvent à quoi ressemblent ces précises étoffes. Une sélection leur est consacrée, issue des archives de la Maison Le Manach. Cette galerie visuelle suggère l’effervescence de la création textile au Second Empire. L’occasion de pouvoir toucher, soupeser, tâter ces étoffes permet de comprendre la façon dont elles sont tissées.

@F. Lebel

Et par conséquent de mieux se projeter dans les romans, et d’appréhender les sensations éprouvées par les personnages face à ces étoffes.

@F. Lebel

Maison de Chateaubriand 

Domaine départemental de la Vallée-aux-Loups, 

87 rue de Chateaubriand, 92290 Châtenay-Malabry 

Tel : 01.55.52.13.00 

www.chatenay-malabry.fr/loisirs/maison-de-chateaubriand

vallee-aux-loups.hauts-de-seine.fr

www.pierrefrey.com

@F. Lebel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.