Vous aimez naviguer ? Oui… Alors, vite ! Allez vite aux Sables d’Olonne !

Quatrième port de pêche de France pour la valeur des produits débarqués, les Sables d’Olonne sont au cœur de l’histoire et de l’excellence maritime française. En bref : une destination incontournable de la côte atlantique. Sables d'Olonne
C’est d’abord la capitale mondiale de la course au large en solitaire. Et aujourd’hui, 26 septembre, a lieu le départ de la « Mini Transat », une épreuve atypique dans d’univers de la course au large. Elle renoue avec l’esprit aventureux des premières transatlantiques.  Créée par Bob Salmon en 1977, elle a permis a plus d’un millier de marins de traverser l’Atlantique sur des bateaux ne dépassant pas 6,50 mètres de long. 

JVC a rencontré deux skippers de cette Mini Transat 2021

Sur cette course, pas d’ordinateur, pas de liaison satellite, pas d’échange avec sa famille ou ses amis. En solitaire, hein ! Qu’on se le dise ! Même si bien sûr cette Mini Transat est sécurisée par des bateaux accompagnateurs qui sont de véritables chiens de bergers. Mais qui peut participer à cette course ? Il faut justifier lors des cinq dernières années de plus de 1500 miles en course sur le circuit Mini 6,50, avec au moins une étape de 500 miles  sur le bateau qui effectuera la traversée de l’Atlantique. D’autre part, un parcours de 1000 miles sans escale doit avoir été effectué. « Le but étant de privilégier ceux qui ont le plus navigué et non ceux qui ont obtenu les meilleurs résultats » explique Jean Lorre, Président de la Classe Mini 6,50. Juste avant le départ, JVC a rencontré Tim Darni et Benjamin Doyen, prêts à affronter les flots.

Sables d'Olonne

@F.Lebel

Benjamin Doyen :  «  A cause ou grâce à la Covid, j’ai perdu mon job! « 

Benjamin travaillait chez Gréement Import. Et l’entreprise n’a pas survécu à la crise de la Covid. Alors « Aujourd’hui, cela me laisse tout mon temps pour cette Mini Transat » affirme ce skipper qui a tout mis en œuvre pour mettre en place un projet cohérent. « Mon objectif est de tenir la route financièrement et techniquement », souligne-t-il en en avouant qu’il vise une place dans le Top 10 à son arrivée en Guadeloupe.

Tim Darni : « J’ai quitté paris en 2013 pour m’installer aux Sables d’Olonne »

« En 2008, j’ai assisté au départ du Vendée globe. D’emblée, cela m’a passionné et je me suis demandé comment on en arrivait à faire çà. Dès lors l’idée de la Mini a germé » avoue ce marin qui a toujours navigué avec son père. Discrètement il confesse avoir bouclé la transat Jacques Vabre 2013, en double avec Lionel Régnier. « Je vais effectuer ma quatrième transatlantique, mais ma première en solitaire » poursuit-il.

Et si vous ne participez pas à la Mini Transat…

@F.Lebel

Les Sables d’Olonne vous offrent de déguster poissons et crustacés issus de la criée du jour, et de tester des vins de terroir au Domaine des Granges ou au Domaine Saint Nicolas. Vous pourrez vous adonner au bien-être en réservant un séjour thalasso, pratiquer le golf, faire des sorties à vélo sur les sentiers cyclables etc. Les Sables sont un petit paradis sur terre, à juste un peu plus de trois heures de train de Paris.
Bon vent !

@F.Lebel

Copyright F. Lebel tous visuels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.