Passe moi une cartouche ! Lorsque le stylo plume revient dans les classes de lycée.

T’as pas une cartouche ? Cette demande pourtant habituelle dans ma vie d’écolière propriétaire d’un stylo plume  il y a une quarantaine d’années, est devenue totalement désuète avec l’avènement du stylo bille dans les années 90 puis du terrible “tout numérique” dès la sixième de nombreux établissements scolaires du second degré. Me replongeant dans l’apprentissage de l’écriture cet été avec Louis-Octave qui démarre au cours préparatoire cet automne, j’ai aussi feuilleté les cahiers de ses sœurs et frères aînés. J’ai constaté avec une certaine déception que l’écriture de mes enfants avait sacrément évolué.

stylo plume

En quelques années, cette écriture si “maîtresse d’école” que les petits acquéraient au CP et poursuivaient jusqu’au CE2 environ est devenue un joli souvenir.

Du crayon HB au stylo plume tant convoité :

Les premières lignes, se font toujours au crayon à papier chez nous. C’est en effet plus facile pour les petites mains de former les lettres avec un crayon que le stylo bille publicitaire que j’ai en général sous la main au moment de passer aux devoirs de vacances. Ne croyez pas pas que l’expérience et les années me rendent plus organisée.

Ils sont plus nombreux à devoir mettre au travail. Surtout après 4 mois sans école ici en Guyane où nos écoliers sont passés des cours en distanciel mi mai aux grandes vacances prolongées pour cause de quatrième vague Covid variant delta ! Si je me suis essoufflée, eux ont acquis une endurance à la triche et au camouflage. Mon pire ennemi est leur ordinateur portable ou leur tablette. En effet, jusqu’à ce que je réussisse à convaincre mon mari d’installer des logiciels de traçage ou tracking en fait, les ados me menaient en bateau. Pas mal lorsqu’on vit outre-mer !

Puisque je suis incapable de passer mon temps derrière l’écran de chacun de leurs ordinateurs, ils ouvraient plusieurs fenêtre à la fois dont celle des devoirs évidemment. Mais d’autres fenêtres servaient pour les uns aux réseaux sociaux, pour les autres aux jeux en ligne ou aux films avec sous-titres …

Les grands ont donc leurs astuces et pour les petits, j’ai certes l’essentiel mais je suis moins bien équipées en stylos d’apprentissage et outils pour motricité fine.

Cet été j’ai constaté que mon meilleur ami pour les plus jeunes est l’imprimante. En effet, je peux inlassablement photocopier les pages de mon Graphilettre. Louis-Octave l’a tellement bien compris qu’il ne cache plus les pages d’écriture que je lui donne à faire. Si la page du jour disparait, j’en fais apparaître une autre ! Et en couleurs qui plus est.

Quelques années plus tard…

Si mes collégiens étaient absolument fans des stylos bille à encre effaçables type Frixion, l’interdiction en classe par plusieurs professeurs successifs, les a fait revenir au stylo plume ! Et l’âge avançant, qu’ils écrivent peu ou sans discontinuer, le stylo plume est revenu dans leurs trousses.

C’est même devenu un accessoire de mode. Romy voulait telle ou telle marque de stylo plume comme elle demandait un sac Vanessa Bruno ou une paire de Superstar !

Mon ennemi numéro 1 :

En arrivant en Guyane j’ai inscrit nos enfants dans une école proche de la maison. La condition du “tout numérique” me semblait tout d’abord onéreuse mais j’étais loin d’imaginer à quel point elle deviendrait handicapante pour nous tous. En effet, si Enora-Diane en cinquième copie les cours sur papier et ne se sert de sa tablette que pour ses devoirs le soir, Noé-Alexandre prend ses notes “soi-disant” sur son ordinateur. En fait, j’ai constaté que durant six mois, il n’a pris aucune note !

Quant à moi, ces livres numériques me handicapent grandement pour suivre le travail de nos enfants. Clairement je préférais les livres sur papier.

Un stylo plume pour une écriture fine et soignée :

Pour apprendre ses cours le soir, il est nettement plus agréable de lire une écriture est fine et soignée que des scribouillis avec des traces de stylos bille qui fuient. Taux d’humidité ou chaleur excessive, les stylos bille n’ont pas la vie facile ici en Guyane. Alors toutes caractéristiques listées, ce mode d’écriture remporte bien des suffrages.

 Même mes profs, aussi bienveillants soient-ils préfèrent corriger une copie propre qu’un devoir raturé. Ici encore l’écriture au stylo plume a l’avantage de disparaitre d’un coup d’effaceur. C’est en général plus discret qu’une surcharge au blanco. 

A la recherche du stylo plume le plus adapté à votre enfant ?stylo plume

Certaines collections ont l’approbation particulière de nos enfants. Selon les goûts et la personnalité de chacun, vous choisirez ensemble le style qui lui convient. Graphique, pastel, ultra coloré ou plus épuré, vous n’aurez que l’embarras du choix parmi par exemple les stylos plume Oberthur pour enfants . Vous pourrez aussi opter pour une plume acier ou iridium. Ce sera la garantie de solidité pour remplir les nombreuses copies à venir !

Si autrefois le stylo plume était emblématique de l’école primaire, puis le plus beau stylo celui de la communion solennelle, il revient aujourd’hui un peu plus tardivement dans le kit du parfait écolier. Mais il n’est jamais trop tard pour avoir une jolie écriture manuscrite. En plus si le stylo plume n’était plus la coqueluche des trousses de collégiens, il peut le redevenir puisque nos enfants écrivent beaucoup moins. Merci le numérique !

Attention le stylo plume reste personnel :

Parce que la plume va s’adapter à la façon d’écrire de son propriétaire, un stylo plume ne se prête pas. Et comme une jolie écriture se mérite, votre enfant devra faire preuve de finesse et dextérité.

Dos droit, pieds correctement posés au sol et avant-bras posés sur le bureau. Voici comment être le mieux installé pour écrire et avoir le bon mouvement du poignet. Tenez votre stylo par 3 doigts. Sans pression excessive ni crispation. Les doigts sont un prolongement de la mine. L’écriture doit être fluide et douce sans appuyer démesurément sur le papier avec la mine.

Quelle cartouche ?

Je suis d’avis d’opter pour de l’encre bleue qui s’efface avec les effaceurs courants. Prenez de préférence un stylo qui accepte les petites cartouches standard type Waterman. Vous les trouverez facilement en grandes surfaces par lots de 100. Avec un stock de cartouches à la maison, vos enfants ne vous feront jamais le coup de la panne !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.