Ajaccio, Fontainebleau, Sainte-Hélène… Mais aussi Brienne-le-Château, dans l’ Aube

A l’occasion du bicentenaire de sa mort, tous les médias retracent l’itinéraire de Napoléon Bonaparte. Non seulement sa famille, ses batailles, ses épouses mais aussi ses victoires et… Waterloo, sont expliqués, détaillés, illustrés. Brienne-le-Château en revanche est peu souvent évoqué. Et pourtant ! C’est dans cette école militaire de l’ Aube que s’est en partie forgé le caractère du futur empereur. Sans Brienne, Bonaparte ne serait peut-être jamais devenu Napoléon 1er. Cette école, après avoir été propriété des Carmélites de Troyes, puis caserne est devenue ensuite le musée Napoléon de Brienne. Il fut inauguré en 1969. Un lieu discret, fort bien documenté, riche en anecdotes souriantes, à visiter si vos pas vous emmènent en Champagne.
 
Napoléon

@F Lebel

 

De l’ancienne école royale militaire au musée aux QR codes

Napoléon Aube

@F Lebel

 
Il est admis que Brienne-le-Château, théâtre de l’une des plus importantes batailles de la Campagne de France en 1814, symbolise à la fois l’ Aube , l’apogée et le crépuscule de l’épopée impériale.
À l’aide d’outils de médiation pointus, intégrés à une muséographie innovante, le musée situé dans le bâtiment restant de l’ancienne École royale militaire, fait la lumière sur la place de Brienne-le-Château dans la vie de l’Aigle.
Ce musée développe son offre grâce à l’installation de dispositifs interactifs. Une sélection d’objets et tableaux est agrémentée de QR codes. Grâce à ces derniers, les visiteurs se voient gratifiés d’une courte vidéo. La bataille de boules de neige, le bicorne, la vie du soldat… : autant de thématiques à découvrir ou approfondir à son rythme, de manière attractive et ludique.
Napoléon

@F Lebel

L’exploration des jardins du château de Brienne permet ensuite de mieux appréhender les splendeurs de l’époque, tout en admirant le majestueux édifice au style épuré.
Napoléon

@F Lebel

 

Qui dit Aube dit Champagne, et donc, de jolies bulles à déguster ( avec modération )Aube

 
« Je ne peux vivre sans champagne, en cas de victoire, je le mérite, en cas de défaite, j’en ai besoin. » Ces mots attribués à Napoléon témoignent de l’étroite relation que Napoléon entretint avec l’effervescence joyeuse des nectars aubois.
Pour rendre hommage à cet attachement, la maison Nicolo & Paradis, dont les origines remontent à l’époque napoléonienne, fait un clin d’œil à l’épopée de l’Aigle, avec la complicité du Musée Napoléon. Étiquette à l’effigie de l’Empereur, vinifiée en fûts de chêne : les bulles fines et les arômes de vanille de la Cuvée Bonaparte se savourent idéalement en apéritif, ou au cours d’un repas de fête.
Quant au « Poulet Marengo », il fait référence au soir de la décisive victoire de Marengo. On dit que son cuisinier aurait garni l’assiette de l’Empereur d’une recette improvisée à l’aide d’ingrédients de la région auboise. Poulet, tomates, champignons, œuf… Par superstition, Bonaparte aurait exigé qu’on lui serve ce plat à l’identique après chaque bataille… 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.