« Auprès de mon arbre, je vivais heureux… », Sébastien Siraudeau, lui, a vécu un an auprès de son noyer

« Auprès de mon arbre…» Qui n’a jamais chantonné cette inoubliable chanson de Georges Brassens ? Mon arbre, donc un seul arbre ? Et bien oui, c’est aussi d’un seul arbre, un noyer, que Sébastien Siraudeau a fait le portrait. Tous les jours, du 1er avril au 1er mai 2020, il y a un an, lors du premier confinement. Il a regardé « son arbre » l’a pris en photos tous les jours, puis il a fait le portrait de celles et ceux qui allaient à l’arbre. Le titre de cet ouvrage (le dixième de l’auteur), qui vient de paraître chez Flammarion : « Aller à l’arbre ». Il est accompagné d’un disque vinyle flexi où sont enregistrés les espoirs et les engagements des promeneurs.
noyer

Une année dans la vie d’un noyer

 
Pour Sébastien Siraudeau « Aller à l’arbre » s’est imposé comme le projet d’un quotidien à réinventer. Selon l’heure et la lumière, chaque jour a imprimé à l’auteur une nouvelle vision de « son » arbre, son noyer. De l’aube au crépuscule, sous la pluie fine ou le soleil brûlant, recouvert de neige ou perdant ses feuilles roussies par l’automne. Une sorte de rituel s’est imposé à Sébastien Siraudeau, qui chaque jour devait emporter son matériel photographique jusqu’au plateau où était enraciné son modèle vivant. Toutes les photographies sont en noir et blanc, sauf celles du 1er avril et du 1er mai.
 

Les enregistrements nous font revenir dans le monde urbain

 
Il y a celles et ceux qui allaient fouler l’herbe verte autour de l’arbre, et aussi tous ces anonymes qui dans la ville en contrebas du plateau passaient devant une gare déserte, déambulant dans une ville vide. N’oublions pas que l’action a eu lieu pendant le premier confinement. Pas étonnant que certaines paroles soient tristes et pleines d’émotion. Peut-être aussi parce qu’il se sont éloignés de l’arbre. Comme chantait Georges Brassens, ils n’auraient « jamais du le quitter des yeux… »noyer
 
 
Pour célébrer la parution du coffret incluant le livre et le flexidisc, une expo a lieu jusqu’au 18 mai à la Galerie de la Fontaine aux Pèlerins. A Saint-Prix (95390), dans le Val d’Oise. noyer
 

Informations pratiques :noyer

 
Livre + flexidisc : 30€
Livre seul : 20 €
Les portraits sonores sont également disponibles en Podcast et sur instagram IGTV grâce aux QR Code inséré dans le livre. 
 
 
 

Comments: 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.