Pratiquer l’équitation pour les ados, sport ou passion ?

Lorsque mes enfants étaient encore très jeunes, je me suis intéressée à l’équitation naturelle. En effet la pratique de cette activité dès l’âge de 18 mois est réputée développer une relation privilégiée entre le cheval et le jeune cavalier. Ceux qui ont eu la chance de participer aux vacances en Forêt de Moulière,  m’ont rapidement montré que cette approche des chevaux avait effectivement des effets extra-ordinaires. Aujourd’hui je suis plutôt entourée d’ados parfois capricieux et mal dans leur peau. Si certains ont des idées très claires sur ce que doit être leur quotidien, d’autres en revanche me semblent tâtonner sans but précis. Pratiquer l’équitation serait-il une alternative productive pour ces “plus enfants” mais “pas encore adultes” ?

pratiquer l'équitation

Ados épanouis versus Minecraft 5 heures par jour :

Il est évident que depuis quelques années l’invasion du numérique dans le quotidien de mes collégiens avec la bénédiction de l’encadrement scolaire nuit fortement à leur sociabilisation. Non seulement l’apprentissage scolaire à proprement parlé n’avance qu’à pas de tortue mais en plus ils restent des jours durant enfermés pensant ainsi accéder au bonheur. Mince alors ! Sortez vos ados de leur routine du quotidien et envoyez-les en pleine nature ! Pratiquer l’équitation c’est en plus du reste, lutter contre la sédentarité générée actuellement par cette surconsommation d’écrans.

Etre en pleine nature : pratiquer l'équitation

A l’opposé des sports de salle, l’équitation offre la possibilité aux cavaliers de se dépenser en extérieur. Pour changer de l’équitation classique en carrière, la rando-bivouac de 2 jours et 1 nuit se développe et connait un grand engouement. La sensation de liberté et le bien-être procurés deviennent rapidement une nécessité. Je me souviens de mon aînée découvrant le ski jöering dans le Jura comme d’un moment de bonheur indéniable.

Une fois bien équipés, parions que vos ados ne voudrons plus rentrer à la maison. Si vous habitez loin des zones commerciales ou que comme nous vous n’êtes pas fan des après midi shopping, vous trouverez tout ce dont vos ados auront besoin en terme d’équipement tant pour les cavaliers que pour le cheval  sur ce site.

Se retrouver entre amis qui ont la même passion :

Ca les ados adorent. Et particulièrement les filles ! Je me souviens de la mienne qui partait, dès le bulletin du troisième trimestre en poche à la Motte Beuvron rejoindre ses copines.

En effet, chaque année en juillet, des milliers de clubs et leurs cavaliers affluent de la France entière pour rallier le Parc Equestre Fédéral de Lamotte (41) à l’occasion des Championnats de France Poneys et Clubs.

C’est un exemple à grande échelle mais déjà passer régulièrement quelques heures avec des cavalières de leur cercle d’amies permet à de nombreuses jeunes filles de notre entourage de s’épanouir au-delà des soirées bruyantes et enfumées légion à ces âges.

Participer à un stage d’éthologie :

Observer et comprendre le comportement du cheval, l’écouter afin de créer avec lui un véritable lien. Le cavalier apprend à ressentir son cheval dans sa globalité. Il sait que le cheval agit en fonction de ce qu’il pense, l’équitation naturelle lui apprend à être précis dans ce qu’il demande.pratiquer l'équitation

L’initiation à l’équitation comportementale peut se faire quel que soit le niveau du cavalier. De nombreux stages existent. Ils peuvent durer 2 jours comme 2 semaines.

Lorsqu’il monte par la suite avec une selle et un filet, la communication du cavalier est plus fine et plus légère. Les techniques équestres peuvent s’acquérir avec beaucoup de plaisir. Il sera ensuite ouvert à toutes les disciplines : dressage, obstacle, promenade, attelage.

Quid de l’entrainement au dressage ?pratiquer l'équitation

Dans le parcours de formation du cavalier, il est usuel de passer de l’initiation aux méthodes de dressage. Cela permet en effet au cavalier de maîtriser peu à peu des techniques lui permettant de dresser lui‐même son cheval ou poney.

Rendre son cheval plus agréable à monter, régulier dans ses allures, franc et docile procure aux cavaliers des “vibrations” particulières. C’est souvent le résultat d’années d’un lent travail d’orfèvre.

A la manière de la danse ou de la musique classique, ces techniques de dressage permettent non seulement de perfectionner le mouvement mais aussi de libérer les blocages et ainsi d’offrir au cheval un fonctionnement parfait. Cela résout parfois des soucis d’asymétrie et améliore le rythme de ce corps et cet esprit en équilibre.

Se relaxer au contact des chevaux :

Chez les enfants, pratiquer l’équitation enseigne le sens de l’autorité, nuancé de discernement. L’enfant et encore plus l’ado souvent centré sur lui-même devra acquérir la capacité à se projeter dans le psychisme du cheval.

Le cavalier va apprendre bien plus que monter à cheval. S’il accroche, il lui viendra le goût et la capacité à savoir observer son cheval. Petit à petit, mieux comprendre ses comportements naturels, être à son écoute permettra d’établir doucement une relation forcément bénéfique au bien être de l’adolescent. Une façon donc de se détendre au contact de l’animal loin du bruit et de l’agitation de son quotidien.

Equitation sportive :

Si l’équitation peut se pratiquer en loisir, elle peut aussi devenir pour certains une activité sportive à part entière dont la compétition fera un jour partie. Obtenir des muscles toniques et galbés grâce à l’équitation c’est possible. Ceux du dos et du bassin communiquent directement avec l’animal. Ils subissent intégralement ses différentes allures. Par ailleurs mollets et adducteurs s’emploient sans relâche à vous garder en selle.

Se muscler en profondeur :

Lorsque je trainais régulièrement près des manèges et écuries, j’étais assez inquiète ou si je puis dire refroidie d’avoir croisé de nombreuses cavalières avec justement une importante culotte de cheval. Avec quelques années de recul, je pense qu’il s’agissait principalement d’adolescentes en pleine période de transition. il est fort probable que leur surpoids de l’époque soit dû à tout autre chose qu’à l’équitation. En effet, pratiquer l’équitation, vous permet de solliciter surtout vos muscles profonds. Précisément essentiellement ceux des abdos, des dorsaux et des adducteurs. Par ailleurs, afin de favoriser une “assiette” confortable, vous effectuez en permanence un mouvement de fesses épousant le mouvement du cheval. Et c’est précisément ainsi que vous allez miser sur vos muscles fessiers et vos adducteur.

Perdre du poids :

Si le sport de plein air qui permet de brûler le plus de calories en une heure est l’escalade, pratiquer l’équitation n’est pas non plus sans effet sur la silhouette. Vous ne dépenserez certes pas les 757 calories accumulés en dévorant votre dinde aux marrons ! Mais en une heure de balade à cheval ou de travail en manège vous pouvez espérer éliminer 551 calories. l’équitation se place donc en seconde position dans les sports énergivore !

En bref vous (ou votre ado) allez peu à peu tonifier votre corps. Cela interpellera peut-être votre fille qui se plaint d’être “ramollo” ? Mais plus important à cet âge me semble-t-il, c’est le mental de votre ado qui risque de prendre un shoot de sérénité. Ce qui fait hélas souvent défaut dans ces âges là. Et ça concerne autant les filles que les garçons !pratiquer l'équitation

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.