Quand se déroule la cérémonie du Kava à Wallis ou Futuna

Parmi nos expériences et découvertes polynésiennes, il y en a certaines moins accessibles que d’autres. En tous cas pour moi qui suis à la fois une femme – c’est important dans la culture locale- et “frileuse” au sens figuré bien entendu ! Les week end sur les îlots, l’artisanat, la connaissance des plantes, l’adoration des fleurs et bien sur la cérémonie traditionnelle du Kava.  En Nouvelle Calédonie, aux îles Fidji et justement à Wallis et Futuna, ce rituel est aussi un rite. A la fois officiel lors des fêtes religieuses, la cérémonie du kava se déroule aussi entre hommes le soir durant les tauasu. Jevouschouchoute vous en dévoile un peu plus !  kava
Principalement à Futuna mais aussi à fréquence moindre à Wallis, les hommes des villages se réunissent sous les fales. C’est l’occasion de longues politesses et de discussions, exclusivement entre hommes. C’est ainsi un espace d’expression de la démocratie. Ces derniers échangent autour de la boisson appelée kava. Cette  tradition futunienne du tausu gagnent aussi les plus jeunes adultes garçons.
 

Qui prépare le kava ?

kava

 
A Futuna par exemple, lors des Tausu, ce sont parfois les jeunes qui préparent le kava pour les anciens. Pour cela, durant semaines ils suivent les enseignements des plus anciens pour mener dans les règles de l’art cette préparation. Des gestes précis, ces rituels se transmettent depuis des générations aux hommes de Futuna.
Cette boisson se prépare à partir des racines d’une plante. Certains au quotidien utilisent une poudre vendue à Fidji ou au supermarché local, la SEM !
Un kava composé principalement de racines latérales de la plante a une teneur plus élevée en kavalactone. Il sera donc plus puissant qu’un équivalent comprenant des parties de la tige basale et des parties fibreuses de la racine.
kava

Le kava durant les fêtes traditionnelles :

 
Un cérémonial totalement différent, le kava qui est partagé entre les hommes importants durant les fêtes comme le 14 juillet, le jour de la fête du territoire le 29 juillet ou grand nombre de fêtes religieuses, a un côté encore plus festif et solennel.
 
En pratique en sortant de la messe qui s’est déroulée de 7 heures à 8h40 du matin, parfois même plus tard, les wallisiens s’installent en tailleur devant la maison du roi. Qu’il fasse 35°, qu’il vente ou qu’il pleuve, peu importe, ils restent stoïques. Les femmes et les hommes sont séparés comme si souvent à Wallis. Les hommes qui ont préparé le kava du jour à partir des racines rapées, patientent autour de leur immense tanoa. C’est le récipient circulaire en bois local, très travaillé, qui contient le breuvage. Parfois il y en a plusieurs.
cochon kava wallis
 

La cérémonie débute par l’énoncée des attributions des cochons.

 
Eux attendent depuis le petit matin, pattes en l’air. Souvent la pelouse en est recouverte. Trois ou quatre d’entre eux, généralement les plus gros, sont couverts en partie d’une natte tressée en feuilles de pandanus et rubans colorés ainsi que d’un tapa.
Sur les côtés des cochons, reposent des racines d’igname, légumineuse très prisée à Wallis.
Cela se fait à haute, très haute voix. Un éminent membre de la chefferie lit le nom de la personnalité locale à qui reviendra quelques heures plus tard ce cochon précuit et bourré de troncs de bananiers et de bouteilles de glaces. Les troncs de bananiers donnent du volume à la bête. Plus un cochon est gros plus il y a de valeur. La glace c’est pour la conservation évidemment.
Sur la photo, vous pouvez apercevoir les hommes autour du Tanoa.
 

Que font les femmes pendant ce temps ?

 
Il y a celles qui assistent à la cérémonie sous les tentes du fond, assises sur l’herbe ou sur des manu (paréos). D’autres sont à la préparation du buffet qui va suivre. Elles ont d’ailleurs en général cuisiné toute la nuit précédente. Bami, sashimi de poisson local, tarot, fruit à pain, salade de poisson au lait de coco, gâteaux, sodas…..
Par ailleurs, lorsque la cérémonie du kava est suivie de danses locales, certains hommes et femmes se préparent dans une salle à l’écart.

la MOM en visite à Wallis, exception féminine

 
Les personnalités importantes sont parfois honorées de 7 à 8 kava de suite. Lorsque vous êtes à jeun de la veille et que vous ne pouvez pas bouger de votre fauteuil, j’imagine que ce n’est pas évident !
 

Le kava… vu par un ami papalagi en visite :

L’été dernier le parrain d’un de nos fils, en visite chez nous a eu cette chance selon ses critères de recevoir un bol de kava. A noter que le bol est en fait une calbasse de noix de coco plus ou moins rempli. Lorsqu’on vous le sert, généralement vous le buvez puis retournez la calbasse au sol pour montrer qu’elle est vide. Impossible donc de se défiler 🙂


Très touché par l’honneur qui m’a été fait. Un cadeau coutumier signifiant « on vous considère comme amis, soyez les bienvenus ».
Le rite de la préparation est très impressionnant en appelant les « esprits » si j ai bien compris pour chasser le mal et amener la prospérité..
La communion profonde et le lien qu il représente pour les îles de Wallis et Futuna.
Très intéressant (pour moi ) de voir (boire) une boisson à l’opposé de la charge ancestrale et émotionnelle qu’ elle représente : si j’ose, insipide 😯
Comme quoi on peut déifier même quelque chose d’insignifiant!!

Ma première expérience à Nouméa ajoutait une légère anesthésie de la gorge qui m’a rendu très détendu à la 4ème demi-noix de coco. Le lever fut surprenant avec un chemin qui au départ devait être rectiligne jusqu’à la voiture mais l’a été apparement beaucoup moins …
Et je ne parle pas du mal de tête du lendemain…
 

Le kava royal :

kava

Source WF la 1ère. ©Wallis et Futuna la 1ère


Le kava royal n’est préparé qu’en présence du Lavelua, roi de Wallis.
Durant la cérémonie, tous sont assis, presque uniquement des hommes. Seuls restent debout les officiers de la chefferie. Eux doivent en effet veiller à ce que personne ne dérange la cérémonie. Le silence est la plus grande marque de respect pendant que le Kava est préparé. Le maître de cérémonie, appelé en langue locale, Molofaha, est le seul à parler. Il donne les directives aux hommes qui préparent le breuvage. Il faut savoir que tout se fait selon un protocole coutumier ancien, qui ne se transmet qu’oralement.
La célébration démarre tout d’abord par des salutations. Généralement elles sont adressées par le premier ministre coutumier Kalaekivalu à toutes les autorités présentes ainsi qu’aux convives. Le maître de cérémonie prend après la parole pour orchestrer le déroulement du Kava. Il doit aussi veiller à ce que le breuvage soit en bon et due forme. Le kava est pilé et mélangé avec de l’eau par celui qui le prépare (Tagata taukava en wallisien) au moment même de la cérémonie dans le Tanoa.

La distribution :



Une fois le kava prêt, selon le jugement du Molofaha, la distribution peut enfin commencer. Cela peut prendre jusqu’à une heure. Le maître de cérémonie respecte un ordre protocolaire très précis. Ainsi la toute première coupe est offerte au Lavelua, roi d’Uvea et la dernière pour le Préfet, administrateur supérieur et représentant de l’Etat Français. Car en tout et pour tout, la première et dernière coupe sont les plus importantes. Mais tous les invités de marques seront servis pendant le kava ! Et dans l’assistance appelé TAU’A, seuls les membres de familles royales ou ALIKI auront une coupe du Kava.

La cérémonie du Kava royal d’Uvea diffère de celle organisée à Futuna, car si les deux îles forment un même territoire, leurs coutumes et langues sont différentes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.