Louloupti, la sculpture consommable comme transmission culturelle !

A l’occasion de son exposition L’expérience de l’ordinaire au Musée de la Porte Dorée l’an passé, l’artiste Benjamin Loyauté a fait goûter d’étranges bonbons syriens… Ce bonbon selon cet homme qui se dit “fabricant d’histoires” est une sculpture consommable. Louloupti invite à l’expérience du temps et au partage de nos souvenirs.

louloupti

Le bruit des bonbons :

Il a publié aux éditions Dilecta, son roman à clé sur la Syrie “What have you found out so far ?”deux ans après “Le Bruit des bonbons – The Astounding Eyes of Syria”. Selon la presse, l’imaginaire intervient comme un grain de sable dans la machinerie du réel. Magique comme un bonbon. La forme des Louloupti s’inspire des “idoles aux yeux”. Ce sont en effet de mystérieuses sculptures archéologiques du patrimoine de l’humanité. Elles furent découvertes en Syrie.

Partager ces confiseries c’est se régaler pour les gourmands mais c’est aussi passer d’un monde à l’autre. Le réel et ce que nous voyons du réel.

Le Loulouti matérialise un invisible plus collectif qu’il n’y parait.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.