Naître et ne pas être, telle est la question : Les archétypes du traumatisme de la naissance

Enfant non désiré, fausse couche, sexe pas attendu, gémellité, naissance déclenchée, forceps… Quelle que soit la façon dont la naissance s’est déroulée, cet instant est inscrit comme un traumatisme. C’est avec cette approche que Philippe Bertholon établit une passerelle entre plusieurs disciplines afin d’interpréter les premières heures de vie et par ailleurs les conditions dans lesquelles les individus ont été « accueillis ». Dès lors, les premiers instants de vie seront source de mieux-être et d’équilibre. traumatisme

Traumatisme…. quand tu nous tiens :

Problématiques du genre d’une part, troubles alimentaires ou dépression d’autre part ou encore manque de confiance en soi comme sensation d’abandon, etc…, trouveront ainsi du « sens » et de la « cohérence » dans l’histoire de la personne.

À partir de nombreuses histoires de naissance atypiques, l’auteur apporte son éclairage sur nos propres vécus. Ceci afin de dénouer certains de nos comportements récurrents. 

Informations pratiques :

Les archétypes du traumatisme de la naissance, 15€ aux éditions Quintessence

Biographie de Philippe Bertholon :

Après un parcours thérapeutique inspiré du courant des thérapies humanistes, Philippe Bertholon se forme à différentes autres techniques dont la bioénergie, la Gestalt, le cri primai, le rebirth ou la respiration holotropique du Dr Stanislav Grof. Il enseignera ensuite la programmation neurolinguistique (PNL) et (Analyse transactionnelle (AT) à l’ESIC de Bordeaux. Concepteur de la Métakinébiologie® il est également membre du SNK (Syndicat national des kinésiologues). Il a aussi fait partie pendant de nombreuses années du conseil d’administration de la FFKS (Fédération française des kinésiologies spécialisées).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.