Chaque année, on dénombre 1 200 visites à l’hôpital directement liées à l’ingestion des piles boutons au lithium par des enfants de moins de 6 ans

Depuis plusieurs années déjà les jouets nécessitant des piles disposent aussi d’une sécurité renforcée. Pour autant, quel parent n’a pas déjà eu peur en voyant qu’il manquait une ou des piles boutons dans un jouet, que son enfant l’ait ingéré ? Aujourd’hui le problème est souvent de trouver le bon tournevis pour ouvrir le logement des piles boutons. Parfois aussi les vis sont si petites et fragiles qui le sésame ne s’ouvre pas correctement….. Un problème complexe, à plusieurs niveaux !

piles boutons

@M.Carret

A Noël et pendant les fêtes de fin d’année, les piles boutons au lithium sont nombreuses. Jouets pour les enfants, guirlandes lumineuses dans le sapin, appareils électroniques… les piles boutons au lithium sont utilisées dans de nombreux objets de la vie courante. Et c’est souvent dans cette période de fêtes que l’attention des plus grands s’amenuise et que les accidents liés à l’ingestion des piles boutons sont les plus fréquents.

Les piles boutons bénéfice/ risques :

J’essaie d’acheter en priorité des jouets rechargeables. Je privilégie les batteries ou piles boutons. Pourtant je dois reconnaitre que l’apparition des livres musicaux ou sonores, des petits jouets lumineux et dont le bruit endort mes enfants, est un véritable atout dans mon job de maman.

Même si Duracell s’engage pour la sécurité des enfants ! Mini piles, mais maxi risques
pour les enfants…
Si les piles boutons au lithium sont d’une grande aide, elles peuvent aussi être d’un grand danger pour les enfants lorsqu’elles sont ingérées !
En plus du risque d’asphyxie, l’ingestion d’une pile bouton au lithium peut causer des dommages irréversibles à l’organisme.
Si la pile reste coincée dans l’oesophage, elle peut provoquer dans un délai parfois très court (moins de deux heures) des complications très graves telles que des brûlures, des
perforations oesophagiennes, une hémorragie brutale voire la perforation des voies respiratoires pouvant aller jusqu’à la mort.

Une période dangereuse pour nos petits et propice pour les marques :

Près de 25% des ventes de piles boutons se font les deux derniers mois de l’année.

Novembre et décembre sont donc des mois de tous les dangers. Entre les sapins qui s’enflamment et les piles boutons qui s’avalent, serez-vous sereins pour Noël ? 

Malgré toutes les tentatives de réduire la consommation de piles de façon générale, nous sommes encore très dépendants. En effet, en France un foyer sur 4 achète au moins une fois par an des piles boutons.

Et si l’amertume réduisait l’attrait ?piles boutons

Début 2020, Duracell renforce la sécurité sur ses piles boutons au lithium.
La marque innove en lançant la première pile bouton au lithium au goût
amer. Pourvu que cela fonctionne mieux que le vernis amer anti ronge-âge.
L’industriel a intégré sur ses piles boutons au lithium du benzoate de dénatonium, la
substance la plus amère au monde !
Chaque pile bouton au lithium Duracell est recouverte sur une partie de sa surface d’un sticker imbibé d’une couche de benzoate de dénatonium.
Ce produit est déjà utilisée par de nombreux fabricants de produits d’entretien ménagers, cosmétiques, produits de jardinage ou encore dans les produits automobiles. En effet sur des produits comme les antigels, les produits lave-glaces – cette substance permet de sauver des vies en limitant les accidents domestiques par ingestion ! Totalement inoffensive en cas de consommation, son goût ultraamer, même en dosage infime, réduit les risques d’ingestion et donc d’intoxication. Son goût, démultiplié pour les enfants, les fait immédiatement recracher la pile.

Une campagne de sensibilisation :


Duracell lance maintenant une nouvelle campagne de sensibilisation grand public et pour les professionnels de la petite enfance.
Duracell souhaite ainsi sensibiliser les parents avec enfants au risque d’ingestion des piles boutons au lithium..


Une intervention dans le Livre Bleu :

Ouvrage de référence pour les futurs parents et les parents d’enfants de moins de trois ans. Le Livre Bleu est un ouvrage gratuit, édité à 750 000 exemplaires notamment remis aux futures mamans par des professionnels de santé partout en France.
Campagne d’informations via le site Internet de la marque. La marque délivre de nombreux conseils sur l’utilisation, l’installation, la conservation ou encore le recyclage des piles boutons au lithium.

Avoir les bons réflexes immédiatement :

Déjà faut-il s’en apercevoir de suite. Ce n’est pas toujours évidement surtout dans une ambiance festive comme celle de Noël.

En cas d’ingestion, même supposée, d’une pile bouton au lithium, contacter  mmédiatement un centre antipoison ou le 15. Indiquez à votre interlocuteur qu’il s’agit d’une ingestion de pile bouton.
Chaque minute compte. Conduisez immédiatement l’enfant dans le service d’urgence indiqué par le Centre antipoison, qui lui transmettra le protocole à suivre.

Comment tenter d’éviter un tel drame ?


Une fois l’emballage ouvert, tenez les piles boutons au lithium hors de la portée des enfants.
Veillez à ce que le compartiment à piles de l’appareil utilisé soit sécurisé (ex: présence d’une vis).piles boutons
Astuce : vous pouvez renforcer le compartiment, en ajoutant un morceau de ruban adhésif
Évitez de laisser les appareils domestiques disposant de piles boutons au lithium tels que porte-clés, télécommande, montre etc. à la portée des enfants.
Surveillez les enfants lors de l’utilisation de jouets utilisant des piles boutons au lithium (carte musicale, hand spinner…). Ca c’est un conseil impossible à réaliser !
Sécurisez les compartiments et tiroirs à piles.
Sensibilisez votre entourage à la problématique de l’ingestion des piles boutons au lithium.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.