Aventure, Histoire et poésie se mèlent dans Alma, le nouveau roman de Timothée de Fombelle

Nos enfants l’attendaient avec une impatience non camouflée, le nouveau roman de Timothée de Fombelle. Tombés sous le charme après la lecture de Tobie Lolness laissé dans notre bibliothèque par leur grande soeur, ils ont dès lors cherché dans la minuscule bibliothèque du Café Fale à Wallis, les oeuvres du même auteur. Ici le décor est planté dans une savane africaine, au creux de l’écrin sauvage où vivent Alma et sa famille jusqu’au jour où son petit frère disparaît. 

Alma

Une Histoire du bout du monde :

Pour nos enfants qui vivent depuis deux ans à un bout du monde, Alma est captivant à plus d’un titre. Déjà comme pour tout lecteur, la découverte au travers du récit hyper documenté de Timothée de Fombelle ce qu’était au 18ème siècle, le commerce d’êtres vivants. Cette traite des Noirs a enrichi les nations européennes de façon impitoyable. C’est inimaginable pour Enora, 10 ans, qui n’a pas les connaissances historiques de son grand frère en troisième.

Pourtant vivre à Wallis c’est aussi l’accès à une culture tellement différente de la culture occidentale. C’est entendre des histoires d’esprits très présentes dans cette contrée, lointaine pour beaucoup. C’est voir un four cannibale à Futuna qui servait jadis aux sacrifices. Leur culture ne se limite donc pas à l’histoire de leur quartier. Malgré cela, Enora est à la fois passionnée et terrorisée dans sa lecture et la découverte de l’ Afrique du 18 ème siècle. Mais Alma c’est un fantastique mélange d’ aventures, de piraterie, de racisme, d’Histoire d’une part et de secrets de famille, de rencontres, d’amitié, de romance d’autre part.

Noé a quant à lui découvert avec bonheur le peuple des Okos et ses oiseaux aux becs argentés chez qui Alma signifie “Liberté”.

Je trouve remarquable à quel point l’auteur a ce don de savoir traiter de sujet tellement différents d’un livre à un autre. Mais toujours cette poésie typique chez Fombelle.

Alma, le pitch :

1786. Le jour où son petit frère disparaît, Alma part sur ses traces, loin de sa famille et de la vallée d’Afrique. Cette vallée qui les protégeait du reste du monde. Au même moment, dans le port de Lisbonne, Joseph Mars se glisse clandestinement à bord d’un navire de traite. Il porte le joli nom de La Douce Amélie. Ce bateau est à la recherche d’un immense trésor. Dans le tourbillon de l’Atlantique, entre l’Afrique, l’Europe et les Caraïbes, leurs quêtes et leurs destins les mènent irrésistiblement l’un vers l’autre.

Informations pratiques :

Alma : le vent se lève est le premier tome d’une trilogie d’aventures. Un succès annoncé dont la suite ne sera disponible qu’en 2021… autant dire dans une éternité…..

400 pages, 18€ chez Gallimard Jeunesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.