Petit récit sur l’histoire des colliers à Wallis et Futuna

A Wallis comme dans le reste du Pacifique, les fleurs sont omniprésentes. Depuis l’aire païenne voire plus tôt encore, il est de tradition pour les femmes comme les hommes et en toutes les grandes occasions de porter des colliers. Cet accessoire qui remplaçait jadis le parfum inexistant sur l’île, est d’ailleurs plus porté par les hommes que les femmes. Souvent ce sont les femmes qui l’offrent à leur mari en signe de déférence. colliers

A Wallis, vous ne verrez pas un homme aux fonctions importantes pour le territoire, sortir le matin de chez lui, sans un collier de fleurs autour du cou. Clergé, chefferie mais aussi les membres de l’Assemblée Territoriale, portent chaque matin un collier frais, enfilé du jour. Les horaires ici sur le territoire n’ont rien à voir avec ceux de la métropole. On se couche tôt mais on se lève encore plus tôt. De nombreux adolescents se lèvent à 4h du matin. Tantôt pour aller nourrir les cochons, tantôt pour cuisiner. Des amies de ma fille lycéenne, cuisinent chaque matin chez elles, les beignets ensuite vendus à la SEM.

La SEM est LE supermarché de Mata’Utu, village majeur de Wallis qui se trouve dans le district de Hakaaka non loin de l’administration supérieure.

Le collier de Kakala :

@wf la 1ere

Le collier le plus porté est le collier de Kakala. A la fois très parfumé et coloré, il est exclusivement constitué de fleurs et fruits locaux. Les connaisseurs distinguent à vue d’oeil le collier fabriqué à Wallis de celui arrivé via le Twin Otter, de Futuna.
Les wallisiens et futuniens le portent donc autour du cou chaque jour. C’est le parfum local, il accompagne les wallisiens et futuniens pour tous les événements de la vie, les grands rassemblements, la messe par exemple. C’est aussi un présent souvent offert au voyageur qui arrive ou quitte Wallis et Futuna. Certains sont faits de fruits et de fleurs locaux, d’autres de coquillages et de graines ! Ils parfument la journée, embellissent et font partie de la cuture au fenua.

@wf la 1ere

Pour des raisons phytosanitaires, les fleurs wallisiennes sont interdites d’entrée à Nouméa. Les voyageurs en partance pour la Calédonie laissent donc leur collier de fleurs aux arrivants et partent uniquement avec de nombreux colliers de coquillages et feta’u. Pour partir l’esprit tranquille, il est recommandé de présenter tout produit végétal même sec au Bivap (Bureau d’Inspection Vétérinaire, Alimentaire et Phytosanitaire) avant de partir.  Après une inspection scrupuleuse de vos souvenirs, vous recevrez ainsi un “laissez-passer” censé faciliter le passage des douanes à Nouméa.

Le collier de Tiaré :

Généralement imposant puisque les Tiaré le sont, ce collier est mon préféré. Ce collier est en général une alternance de quelques Tiaré et de fruit du pandanus rouge-orangé. Leur parfum est intense mais ne vous donnera pas le vertige ce qui sera pour les novices le cas des colliers de Kakala.colliers

Pas de rubans multicolores sur ces modèles qui sont considérés comme un peu moins nobles que les autres. Aujourd’hui cette hierarchie a plus ou moins disparu même si le collier de Kakala reste un must par exemple pour la messe ou les fêtes locales.

Pour ceux qui souhaitent en savoir encore plus sur la confection du collier traditionnel, jevouschouchoute a anticipé ….

Pour la conservation :

Cet accessoire parfois indispensable est confectionné la veille ou le matin même à partir de fleurs souvent en bouton. Il se conserve quelques jours au réfrigérateur dans un pochon plastique, s’il est parfaitement emballé dans une feuille de bananier ou de tarot. En effet, ces feuilles ont la particularité de conserver l’humidité.

Ils sont vendus 1500 francs pacifique soit 12€60.

Les colliers de Futuna :

Ici le collier de fleurs 🌺🌸 s’appelle “tui se” en futunien.

Plutôt composés de fruits comestibles ou pas, ces colliers sont assez recherchés par mes filles. Ils enchainent les Mapa (sortes d’abricots oranges comestibles), les Koli (ressemblants à des petites pommes rouges ou vertes) et d’autres fruits se rapprochant des coloquintes impropres à la consommation. Ils se conservent mieux et l’effluve qui s’en dégage est à mon sens moins entêtante que celle par exemple de l’Ylang-Ylang.

@wf la 1ere

Ce que vous trouverez aussi souvent à Futuna, ce sont les colliers de coquillage avec ou sans graines. Kolotolu et Feta’u sont les fruits séchés et transformés que les futuniens alternent avec différents types de coquillages.

Colliers de fleurs et de coquillage : quelle différence ? Pourquoi continuer à les porter ?

Le Twin Otter est l’avion ADAC monoplan utilitaire d’une quinzaine de places qui relie l’île de Wallis à celle de Futuna. Vous serez pesé ainsi que vos bagages bien entendu, avant d’embarquer. Pas de pressurisation à bord ni service business ! En une heure vous aurez parcouru en plein ciel les quelques 230 km séparant les deux territoires. Entre Futuna et Alofi en revanche ce sera le bateau ou la nage pour traverser le chenal de 2km.futuna

https://www.facebook.com/WF.Tourisme/videos/352737739066864/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.