Sans équations de physique, le jour où j’ai adopté un trou noir

L’incroyable voyage, drôle et insolite, d’une fillette pour apprivoiser la tristesse et apprendre à vivre avec le deuil. Quand le trou noir se détourne de sa définition première mais pas tant que ça !

trou noir

A quoi peut ressembler un trou noir au quotidien ?

Un physicien vous répondrait que cette notion est en fait un objet céleste très compact. En effet, tellement compact que l’intensité de son champ gravitationnel empêche toute forme de matière ou de rayonnement de s’en échapper. Par définition, il est pourtant impossible d’observer directement un trou noir. Il est cependant possible de déduire sa présence de son action gravitationnelle.

Je dirais de façon plus vulgaire ou accessible, qu’un trou noir absorbe tout mais ne réfléchit rien !

Et justement Stella, 11 ans, découvre un jour dans sa chambre… un trou noir. Il l’a suivie après une visite à la NASA et elle doit maintenant s’occuper de lui. Le problème, c’est qu’il avale tout ce qu’il touche ! Parfois, c’est pratique, comme lorsqu’il s’agit d’objets qui lui rappellent son père décédé.
Mais lorsque son chien disparaît à son tour, Stella et son petit frère doivent faire un voyage extraordinaire à travers ce gouffre pour sauver leur compagnon… et les souvenirs de leur père.

Cette histoire est aussi celle de l’incroyable voyage d’une fillette pour apprivoiser la tristesse.
Une aventure pleine d’humour où l’on croise toutes sortes de créatures et d’objets fantastiques.
Un roman à hauteur d’enfant sur une thématique importante et difficile à aborder : le deuil


Pour les enfants dès 10 ans des éditions Nathan / 224 pages / 12€95

Du même auteur que “Confessions d’un ami imaginaire“.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.