Chaque année, 25 000 tonnes de crème solaire sont diluées dans les océans. Comment protéger les écosystèmes marins ?

Ici à Wallis c’est toute l’année durant que nous devons utiliser de la crème solaire pour la peau. Bien sur nous portons dès que c’est nécessaire des lycras, des casquettes et restons à l’ombre. Mais l’exposition ici dans le lagon est inévitable. Ainsi nous portégeons d’une part nos visages mais aussi nos mains (si si ça crame aussi les doigts !) et jusqu’aux pieds lorsque nous vient l’envie de nous promener sur les îlots.

crème solaire

Un lagon privilégié :

crème solaire

Nous vivons depuis presque deux ans dans un cadre ultra privilégié où l’on trouve du corail vivant, des poissons de toutes sortes, des tortues qui ne s’étouffent pas dans des sacs plastiques. Je crois ne pas trop m’avancer en affirmant qu’heureusement les autochtones sont conscients des enjeux de la protection de l’environnement. Même si nous sommes très peu nombreux, la pollution existe aussi dans le lagon. Il y a d’abord les déchets que nous produisons, notre bilan carbone pas terrible à cause des systèmes de climatisation par exemple. D’une part les navires qui traversent le lagon polluent l’eau, par ailleurs le tri des déchets n’est pas encore en place ici. Ni dans les esprits, ni dans les habitudes, il y a encore un long bout de chemin à parcourir pour y arriver.

Si les wallisiens et futuniens consomment relativement peu de crème solaire, protéger les écosystèmes marins est donc tout de même un vrai sujet ici.

Des tonnes de crème solaire en suspension :

De par le monde, c’est chaque année, 25 000 tonnes de crème solaire qui se diluent dans les océans. 
Alors bien sur, il est fondamental de protéger notre peau du soleil, mais il est aussi urgent de protéger les écosystèmes marins.

Certaines marques de crème solaire plus que d’autres sont à la fois performantes, à haute tolérance et respectueuses du microcosme marin. crème solaire

Les laboratoires de Biarritz :

Créés en 2011 par Muriel et Jean-Marc Dubois, les Laboratoires de Biarritz sont la concrétisation d’une aventure humaine. Ce projet est né des préoccupations familiales et environnementales de ses fondateurs. En effet, passionnée de surf et amoureuse de l’océan, ce couple crée ALGA MARIS®, des solaires certifiés BIO, première gamme de soins des Laboratoires de Biarritz. D’autres soins pour la peau existent. Ces solaires respectent la vie marine.

“Solaires & Eco-toxicité”  :

La gamme solaire certifiée Bio ALGA MARIS® garantit ses formules avec 99,6% à 100% d’ingrédients naturels, aucune origine pétrochimique, pas de polluant, etc.

Pour préserver les ressources, le laboratoire ne pêche pas Gelidium sesquipedale. Les extraits de cette algue rouge de la côte basque constituent les actifs phares de plusieurs gammes. Il utilise uniquement ce que l’océan offre en la récoltant sur les plages où elle s’échoue naturellement chaque automne.

Faire les choix dont l’empreinte environnementale est la plus faible qui soit.

  • Formules certifiées Bio, label Cosmébio.
  • 100% d’écrans minéraux enrobés d’origine naturelle
  • 99,6% à 100% d’ingrédients d’origine naturelle et jusqu’à 97,5% du soin est issu de l’Agriculture Biologique.
  • Formules très résistantes à l’eau qui restent sur la peau
  • Plus de 99.7% de matières organiques biodégradables
  • 0% d’ingrédients issus de la pétrochimie et 0% d’ingrédients « à risques » (parabens, silicones, phenoxyéthanol, etc.).

à Nouméa

Allons plus loin….

Rares sont les entreprises fabriquant des solaires qui, au-delà d’affirmer que leurs produits respectent l’environnement marin, en apportent la preuve scientifique. Les Laboratoires de Biarritz l’ont donc fait en faisant réaliser des tests par un laboratoire indépendant spécialisé en écotoxicité.

Les tests ont été pratiqués d’une part sur une algue (Phaeodactylum tricornutum), d’autre part sur un crustacé microscopique (Artemia salina) et par ailleurs sur des boutures de corail (Seriatopora hystrix).

Chacun de ces organismes* appartient à des réseaux trophiques différents. Cela permet d’avoir une vision globale d’un éventuel potentiel écotoxique.

Ces études sont en outre réalisées en conditions extrêmes. Ainsi, il est possible de vérifier de façon optimale l’absence d’impact environnemental des solaires.

– produits testés : formules les plus concentrées en écrans minéraux.

– conditions d’études : concentrations et temps de contact maximisés.

Ces études ont donc conclu à une absence d’impact des solaires ALGA MARIS® sur la croissance et la mortalité des organismes. Par ailleurs, au niveau des coraux, aucun blanchissement n’a été observé.  

*Tests non réalisés sur animaux. Les organismes utilisés dans l’ensemble de l’étude ne sont pas considérés comme des animaux aux termes de l’expérimentation animale.

De plus, les Laboratoires de Biarritz sont membre de l’association Respect Ocean. Celle ci rassemble des entreprises engagées dans un développement économique durable en faveur de la protection des océans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.