Préserver la peau atopique de mon bébé avec des soins du quotidien adaptés

Lorsqu’Ennéa-Lou est venue au monde un matin de novembre sous le ciel pluvieux de Marseille, rien ne laissait présager qu’elle souffrirait rapidement de tels problèmes de peau. A peine sorties de la maternité où elle n’avait pas été lavée, les signes extérieurs d’une peau atopique se sont rapidement manifestés. En effet, durant ses premiers jours de vie, elle avait juste été rincée à l’eau car j’avais bêtement oublié que les maternités ne fournissent plus d’échantillons comme il y a quelques années. Au bout d’une semaine elle présentait déjà des plaques d’une sorte d’eczéma que le pédiatre ne savait expliquer. Un dermatologue m’a alors affirmé qu’avant trois mois, on ne parlait pas de peau atopique pour autant son visage et toutes les parties du corps exposées à l’air ambiant, présentaient un eczéma quasi purulent.

peau atopique

Qu’appliquer sur la peau atopique d’un nourrisson ? 

Franchement j’ai eu tous les sons de cloche. Vaseline, lait maternel, savon doux….finalement voyant que rien n’aidait, j’ai opté pour le “rien”. Je n’ai plus rien mis sur la peau de son visage mais je la sentais nerveuse, tendue surtout comparée à ses frères et soeurs quelques années auparavant.

Nous sommes partis pour Wallis et, pourquoi je ne sais pas, son état s’est légèrement amélioré. Excepté l’arrière des genoux, la pliure des coudes, le cou, les joues, tout cela restait rouge voire purulent par endroit. Des plaques d’eczéma apparaissaient puis s’estompaient parfois mais globalement elle souffrait et commençait à se gratter une jmabe avec l’autre.

Ses stratagèmes s’affinaient et je voyais poindre le moment où elle s’abimerait le visage en s’arrachant les joues. N’ayant pas de pédiatre sur le territoire mais seulement deux semaines par an, j’ai bien sur sauté sur l’occasion lors de sa venue. Il n’avait pas plus de réponses mais m’a conseillé de saupoudrer les zones abimées de fécule de maïs. Je l’ai fait sans être convaincue. Le résultat fut médiocre. La fécule a bien un peu asséché les plaies, sans plus. 

Plus tard, j’ai pris contact avec un dermatologue par mail. Nous n’en avons pas non plus à Wallis. Il vient lui aussi une ou deux fois par an pour une seule petite semaine. Lui en voyant les photos m’a conseillé d’appliquer de la cortisone en pommade. Plus ou moins dosée selon la zone à traiter (visage plus faible que sur le corps), il ne fallait pas que je redoute de phénomène d’accoutumance. 

Vers la guérison ….

J’ai longuement hésité jusqu’à ce qu’il m’explique que nous avions du corticole en nous et que probablement ce bébé présentait lui un déficit. Appliquer de la cortisone par cycle d’une dizaine de jours consistait donc à compenser ce manque. J’ai donc suivi des cycles de dix jours même lorsque les lésions avaient disparu au bout de six jours. Ensuite je laissais une fenêtre thérapeutique. Et je reprenais lorsque les lésions apparaissaient à nouveau. Entre temps j’ai eu l’occasion de parler des soins avec un dermatologue présent chez Uriage, lui conseillait d’arrêter les applications de crème dès que les lésions avaient disparu. peau atopique

Signe que notre Chouquette allait de mieux en mieux c’est que les traitements s’espaçaient tant que je suis aujourd’hui incapable de dire quand je lui ai mis de la crème pour la dernière fois. 

Attention les premiers mois, je notais absolument tout sur un cahier. La mémoire fait vite défaut et surtout dès que l’enfant se porte mieux, on a tendance à oublier. Je notais les dates d’application des crèmes et en parallèle comme j’ai commencé à diversifier l’alimentation (j’en parlerai dans un autre article), je tenais un journal alimentaire. Cela m’a permis de gagner du temps avec les allergologues ensuite. On note pour chaque nouvel aliment la réaction de sa peau. Eventuellement l’idéal est de faire des photos, les jours où les réactions sont exacerbées. Je consacrerai un article aux traitements de secours que je conserve à domicile pour les cas d’oedemes soudain.

Préserver la peau de bébé :

Lorsque la peau atopique de mon bébé – je pars du principe qu’elle est ainsi, les avis divergeants de vocabulaire mais in fine l’aspect était celui-ci- revient à la normale, comment la préserver ? 

J’ai constater que dès que Chouquette n’a plus eu d’eczéma, elle s’est mise à progresser, à rire, à jouer. Je suppose qu’avant ses démangeaisons la faisaient tellement souffrir sans qu’elle sache pourquoi, qu’elle consacrait toute son énergie à lutter.

mains abîmées

Dr.Hauschka Med

Donc pour préserver cette peau fragile, des rougeurs, petits boutons, irritations et inconfort, j’ai utilisé une crème à la ficoïde de Dr. Hauschka plutôt efficace mais en petit conditionnement donc pas idéal pour mon bébé. Puis j’ai acheté à Nouméa – ici il n’existe pas de pharmacie; impossible donc de s’approvisionner en produits de parapharmacie- les gros tubes de crèmes Exomega d’Aderma. Mais voilà qu’Uriage élargit sa gamme 1ers soins bébé de deux nouveaux produits dédiés aux peaux très sèches à tendance atopique.

uriage peau atopique

Voici donc dans notre salle de bain la 1 ère huile lavante apaisante ainsi que le 1er baume oléo-apaisant anti-grattage. 

Mes soins Uriage :peau atopique uriage

La dermatite atopique toucherait 1 bébé sur 5.  Généralement à partir de 3 mois mais parfois plus tôt, cela viendrait d’une prédisposition génétique. A part Oriane et Hermine qui présentaient enfant des plaques de sécheresse cutanée, je n’avais pas été jusqu’à lors confrontée à une manifestation d’une telle amplitude.

Facteurs extérieurs, alimentation,  stress, exposition à des allergènes ou produits de soins irritants peuvent aussi jouer un rôle dans l’apparition d’une peau atopique.

D’une part on peut protéger la peau de bébé du froid, faire porter du coton, éviter les allergènes potentiels mais il faut par ailleurs adopter une routine de soin adaptée.

La peau atopique est en fait une maladie chronique inflammatoire de la peau. Elle résulte d’un dysfonctionnement de 3 barrières de l’organisme. peau atopique bebe

La peau est très sèche mais aussi plus perméable aux bactéries et allergènes. Le système immunitaire est déficitaire et les cellules de l’organisme réagissent en provoquant inflammation et démangeaisons.

On trouve un staphylocoque doré à la surface de la peau lors des poussées atopiques car la barrière microbienne est déséquilibrée.

On assiste alors à une réaction en chaîne. Sécheresse, inflammation, démangeaisons, grattage, infection, irritation….retour à la case départ. 

Uriage prône donc l’application entre les crises de soins adaptés. Ils limitent l’inconfort, réduisent la fréquence des crises. Ainsi vous pouvez espérer espacer les recours aux corticoïdes.peau atopique

La composition :

Les deux nouveautés Uriage sont haute tolérance et adaptés à la dermatite atopique. 3 actifs dont la Chronoxine qui apaise l’inflammation en limitant les démangeaisons. Le TLR2-regul booste les défenses naturelles. Il réduit aussi la sécheresse. Enfin le Cerasterol 2F, il renforce la barrière cutanée et atténue l’inconfort.

L’eau thermale d’triage apaise naturellement. Elle protège, rééquilibre le microbiome cutané et limite l’adhésion des bactéries.

Informations pratiques : 

Huile lavante apaisante (au beurre de karité) : 500ml, 14€50 en flacon pompe

Baume oléo-apaisant anti-grattage (beurre de karité et huile d’illipé) : 200ml, 12€50

En pharmacies et parapharmacies dispo en mars 2020.

Ils s’utilisent dès les premières semaines de vie. Attention à l’huile lavante, j’ai plusieurs failli laisser échapper mon bébé bien huilé….Le baume est conseillé matin et soir en petits massages.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.