Berlin, 1989 : un mur s’écroule. Comment raconter à nos enfants, ce phénomène d’Histoire qu’ils n’ont pas vécu ?

Pour les parents qui ont une quarantaine d’années ou plus, la chute du mur de Berlin ce 9 novembre 1989 fut un choc, un événement presque une surprise. Tout au moins que cela se fasse finalement “si vite”. Après 28 ans, 2 mois et 27 jours de rideau de fer autant que de pierre, le symbole de la Guerre froide est tombé. 9 novembre, après-midi, Günter Schabowski, porte-parole du parti socialiste annonce l’ouverture immédiate des frontières.  “Sofort”! En quelques heures, des milliers de Berlinois se pressent aux points de passage qui jalonnent le Mur.

Berlin

L’avis d’une collégienne de troisième :

Je trouve que le roman “Berlin 1989 : un mur s’écroule” est un roman très instructif qui permet aux plus jeunes de découvrir l’histoire de la fin de la guerre froide en Allemagne sous un angle moins atroce que ce que j’ai pu lire dans les livres scolaires.

En suivant l’histoire d’Anita, à travers son journal intime, et de ses deux meilleurs amis, nous découvrons comment les habitants de Berlin-Est ont vécu la chute du mur mais aussi leur quotidien durant les quelques mois qui l’ont précédée.

 

La chute du mur de Berlin : 

Renommé à ce moment « mur de la honte », le mur de Berlin commence à tomber après près de trente ans (13 août 1961) durant lesquels les allemands de l’Est était en quelque sorte en prison. Sauf à disposer d’autorisations très rares comme certains sportifs de très haut niveau, il était impossible de passer à l’Ouest.

Ce tournant encore appelé révolution pacifique change le quotidien de toute une population. Puisque cette année marque le trentième anniversaire de cet “effondrement” qui se passa dans l’euphorie générale, Sophie Humann, journaliste et auteure choisit de publier cet ode à la liberté.

Ce roman historique est écrit sous forme de journal intime donc le récit est très vivant avec un ton contemporain.

Eté 1989, l’héroïne a 14 ans. Notre adolescente est nageuse et rêve de liberté. Elle s’entraîne donc sans relâche avec l’espoir de pouvoir participer aux JO d’Atlanta. Ces derniers se dérouleront 7 ans plus tard. Elle n’a jamais connu la guerre mais jamais la liberté non plus….

Un extrait :

Mercredi 4 octobre 1989, Berlin-Est.
«Voilà ce qui a été dit à son père et à sa mère. Dimanche matin, à l’aube, mon amie a essayé de franchir le Mur, au sud de la ville, ses parents ne savent pas où exactement. Elle a réussi à passer le premier mur, mais les chiens ont donné l’alerte tout de suite. Les gardes-frontières lui ont ordonné de s’arrêter, une fois, deux fois. Elle a continué, elle a couru vers les barbelés…»

144 pages, couverture Thomas Ehretsmann, 140 x 205 mm, de 9 à 13 ans, 12€50

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.