Le collectif « Protège Ta Fertilité » lance une campagne de sensibilisation à destination des 18-24 ans.

L’objectif ? Les informer différemment sur les principaux facteurs de risques des troubles de la fertilité, à un âge où on leur apprend surtout comment ne PAS avoir d’enfant.fertilité

Pourquoi ?

Car peu de personnes le savent, mais c’est dès maintenant qu’ils peuvent agir sur leur capital fertilité, et ainsi diminuer leurs risques de rencontrer des difficultés lorsqu’ils souhaiteront devenir parents.

Aujourd’hui, nous avons tous un rôle à jouer, à notre échelle, pour partager cette information.fertilité

Pour en parler, nous vous invitons à notre conférence de presse de lancement de cette campagne, qui sera organisée à partir de 9h le 28 novembre 2019 au Café Nuage, 14, Rue des Carmes, 75005 Paris.

« Sensibiliser les jeunes à la question de la fertilité avant qu’il ne soit trop tard »

« En France, on sensibilise les jeunes dès le collège pour leur apprendre comment ne pas avoir d’enfant, notamment au travers des différentes techniques de contraception. Mais finalement, à aucun moment nous ne leur enseignons que leur fertilité est précieuse et qu’il faut la protéger. » explique Nicolas Chevalier, gynécologue au centre AMP Saint Roch de Montpellier.

Sujet tabou ? Pourtant, un constat interpelle en France, dans un contexte où de plus en plus de couples ont du mal à concevoir un enfant, lorsqu’ils se sentent enfin prêts à se lancer dans l’aventure. Car contrairement à ce que l’on pense souvent, avoir un enfant, ce n’est pas un acquis pour tous, et ça n’arrive pas forcément instantanément dès qu’on décide d’en avoir un !

En effet, selon le Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH) en 2012 en France, 18 à 24% des couples sont confrontés à des problèmes d’infertilité en France, soit près d’un couple sur 5. Une des principales causes de ces difficultés à concevoir : le recul de l’âge moyen pour le premier enfant. En 2017, ce dernier était d’environ 30 ans selon l’Institut National d’Etudes Démographiques (INED), contre 26 ans en moyenne en 1975. Ce recul s’explique en partie par l’envie de notre jeunesse de consacrer davantage de leur temps libre à diverses activités ou encore d’atteindre une certaine stabilité financière. Cependant, une réalité : le capital fertilité d’un homme ou d’une femme est à l’image du capital soleil : il n’est pas illimité et se consomme rapidement !

La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de prendre soin de sa fertilité au quotidien, si l’on est informé assez tôt ! De nombreux aspects de nos modes de vie actuels peuvent avoir une influence négative sur notre capacité à concevoir un enfant : âge de plus en plus tardif, tabac, pollution, stress, mauvaise alimentation, etc. Autant de comportements dont on ne soupçonne pas forcément l’importance et les conséquences !

« Une campagne soutenue par plusieurs acteurs »

Parce que la fertilité est un enjeu important, c’est tout un collectif regroupant plusieurs acteurs qui a uni ses forces sous la bannière de « Protège Ta Fertilité », pour ainsi mettre en place une campagne de sensibilisation de grande ampleur auprès des jeunes de 18/24 ans :

  • 3 professionnels de santé ont travaillé à la mise en place des messages clés de cette campagne :
    • Le Professeur Nathalie Massin, endocrinologue, spécialiste de l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP) au Centre hospitalier intercommunal de Créteil
    • Le Docteur Florence Lesourd, gynécologue-obstétricien au CHU Paule de Viguier de Toulouse
    • Le Docteur Nicolas Chevalier, gynécologue-obstétricien à la Polyclinique Saint-Roch de Montpellier
  • Le collectif BAMP!, une association de patients de l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP) représentée par Virginie Rio, co-fondatrice de l’association, apportant à cette campagne le regard des patients.
  • MERCK, acteur majeur de la recherche dans les secteurs des sciences de la vie et un des leaders mondiaux dans la prise en charge des troubles de la fertilité.

Cette sensibilisation des jeunes, bien en amont de leur projet d’enfant, a pour objectif de limiter leurs risques de faire face à des situations souvent dramatiques, lorsqu’ils souhaiteront se lancer dans un projet de parentalité.

En attendant le point presse du 28 novembre pour présenter plus en détail la campagne et répondre à toutes les questions sans tabous ni préjugés, rendez-vous sur la page Instagram @protegetafertilite, également disponible par les mots-dièse (hashtag) #ProtègeTaFertilité et #ProtegeTaFertilite.

A propos du collectif Bamp !

Créé en 2013, l’association collectif BAMP est une association loi 1901 reconnue d’intérêt général. Elle regroupe des patients, ex-patients, des personnes infertiles, stériles, célibataires ou en couples. Des personnes qui ont recours au don de gamètes. Mais aussi des personnes qui, sans être infertiles ou stériles, sont sensibles au projet BAMP. La majorité de nos adhérents et sympathisants sont des couples hétérosexuels dont la tranche d’âge la plus représentée est celle des trentenaires (31-36 ans). Les objectifs de l’association se concentre autour de 4 axes :

  • Témoigner, informer et agir sur les différents aspects de l’infertilité, de la stérilité et de l’AMP
  • Accompagner et soutenir les personnes infertiles et stériles, les donneurs et les donneuses
  • Assurer des fonctions de représentativité dans le cadre de la démocratie sanitaire
  • Promouvoir la Semaine de Sensibilisation sur l’Infertilité et l’exposition TRACES

 A la création de l’association nous avons élaborés un manifeste contenant une série de constats et des propositions pour améliorer l’AMP en France. En 2016, nous avons actualisé notre Manifeste avec 48 propositions, dont voici les grands objectifs :

1 – Prévenir et agir pour réduire l’infertilité

  • Protéger contre les risques environnementaux
  • Faire de l’infertilité une question prioritaire de santé publique
  • Réaliser des politiques d’information et de prévention efficaces

2 – Améliorer l’assistance médicale à la procréation

  • Augmenter les moyens financiers et humains
  • Simplifier l’accès à l’AMP pour tous
  • Améliorer le diagnostic et la prise en charge médicale
  • Encourager la recherche et les innovations
  • Faciliter le don de gamètes

3 – Reconnaitre les patients de l’AMP comme acteurs de leurs parcours de soins

  • La démocratie sanitaire comme référence
  • Le patient, acteur légitime de sa prise en charge
  • Pour une prise en charge plus globale de l’infertilité

4 – Repenser l’organisation juridique et le cadre éthique

  • Pour un plan infertilité et une loi de santé environnementale
  • Et un changement de paradigme en ce qui concerne la définition et les indications pour l’accès aux soins d’AMP
  • Ainsi qu’une modification de la loi de bioéthique
  • Enfin une protection contre les discriminations

Pour en savoir plus : https://bamp.fr/

A propos des experts et des Journées Qualité et Performance en AMP

A l’origine de ce projet : les Journées Qualité et Performance en AMP organisées par Merck, ainsi que 3 experts particulièrement impliqués : le Pr. Nathalie Massin, le Dr. Florence Lesourd et le Dr. Nicolas Chevalier. Ces journées de travail en collaboration avec des experts de la fertilité, permettent de réfléchir sur des thématiques transverses liées à la prise en charge des couples et aux besoins des centres d’AMP. Les objectifs : permettre l’amélioration de la prise en charge des couples, partager les bonnes pratiques, améliorer l’organisation et la performance des centres d’AMP, produire des outils pour les centres, et désormais sensibiliser le grand public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.