Nos “vacances ” à Nouméa. Entre allergies alimentaires et doublement des gencives !

Nos “vacances ” à Nouméa sont bien remplies. Chouquette a eu la chance de pouvoir se frotter à une allergologue …. Elle n’a pas perdu son temps ni le montant de la consultation 🙂 Malheureusement pour moi et heureusement pour elle, ses petits bras ne suffisaient qu’à tester 6 aliments en rapport avec ses allergies alimentaires ! La bonne nouvelle c’est que nous ne nous demanderons plus dans quel resto aller avec elle. exit les boulangeries, pizzeria, crêperie (aïe mon sang breton a fait double tour !!) ni même Paradis du Fruit. Non ce sera japonais un point c’est tout ! Tant mieux car à Wallis le soja est de toutes les parties et ça, elle y a droit donc moi aussi. Et sur le poisson du lagon, qui mangé en sashimi ou au BBQ est juste …. Marvellous !
allergies alimentaires

Allergies alimentaires et allaitement :

La règle des 3 A c’est quoi ? Pour toutes celles qui avaient suivi depuis un an les péripéties de la Princesse : Il ne fallait effectivement surtout pas arrêter d’allaiter. Car dans le lait maternel, ne passe qu’une quantité infime d’allergènes si toutefois je craque sur un morceau de comté AOP (ça court les rues à Wallis). Et surtout selon le docteur, le peu d’allergène qui passe dans le lait donc tété par ce merveilleux bébé, peut éventuellement l’immuniser peu à peu.
Aujourd’hui, c’était donc allergologue pour Chouquette. Donc pour toutes celles qui, mamans toutes neuves, se poseraient la question, n’hésitez pas à poursuivre l’allaitement de votre bébé presque tout neuf surtout s’il est allergique ou poly-allergique.
Donc revenons en à notre Mini. Ainsi sur les 6 aliments testés, 4 sont effectivement allergènes. Mais pour plusieurs d’entre eux, je m’en étais déjà rendue compte moi-même. De fait, je ne lui donne presque que des aliments simples et je tiens un journal alimentaire quasi quotidien et rigoureux. Faites le ça aide drôlement le médecin. Car lorsqu’on se retrouve dans le cabinet, la mémoire flanche. Pour moi c’était le cas mais grâce au mini calepin, les infos sont revenues illico.  Oui en effet, on oublie très vite ce qu’on a donné à manger il y a quelques jours. Si, si !

Comment se passe le test ?

J’aurais préféré que la toubib me teste le porc et le chocolat plutôt que de repasser la banane et l’œuf mais voilà c’est ainsi !
Surtout qu’elle n’avait sur place ni chocolat ni jambon, j’aurais dû lui en apporter. Alors lorsque vous prenez rendez-vous avec un allergologue, n’hésitez pas à lui demander comment il fonctionne. Certains font parait-il des prises de sang. C’eut été probablement plus rapide et efficace.
Le médecin applique sur les avant-bras de l’enfant et au besoin sur les cuisses, une goutte de l’aliment “soupçonné allergisant”, sur la peau. Il incise ensuite très très légèrement la peau afin de faire pénétrer l’aliment incriminé.
D’autres procèdent avec une prise de sang. Certains font un tri-test. Je ne sais pas pourquoi Ennéa-Lou a subi ces examens plutôt que d’autres.
Chez notre fille la peau s’est très rapidement mise  à gonfler exactement là où le produit avait été déposé. Chouquette n’a pas pleuré. sur la fin elle était juste un peu agacée.
Lorsqu’elle mange un aliment incompatible, cela se manifeste chez elle par des plaques rouges autour de la bouche ou sur les joues et le cou, parfois des boutons sur le ventre, de l’eczéma à l’arrière des genoux. Par ailleurs elle se frotte beaucoup les yeux.

Et après ?

A part la question du budget, je trouve cela super chouette d’avoir une raison supplémentaire d’aller manger au resto japonais ! Et franchement avec l’excellent poisson servi à Wallis et Futuna c’est une super nouvelle de savoir qu’elle pourra en profiter sans risques.
Pour tester d’autres aliments, il faudra revenir à Nouméa car la taille des bras d’Ennéa-Lou ne suffisaient pas pour en tester plus de 6 donc 7 avec le témoin. J’ai découvert aujourd’hui un tout nouveau sujet. J’ai vraiment changé d’avis sur les allergies alimentaires depuis quelques mois. Sentiment de culpabilité pour les nombreuses fois où je me suis dit en écoutant des amis me raconter leurs allergies alimentaires à ceci ou à cela que c’était probablement un peu un effet de mode. Qu’il ne fallait pas se poser tant de questions.
Bon tout ceci mis à part, c’est tout de même très empirique comme tests d’allergies alimentaires !
Le médecin lui même m’a dit que de nombreux enfants réagissent à des substances lors des tests mais qu’ils ne sont pas pour autant allergiques à la nourriture elle-même.

Petites précautions :

Puisque de façon concomitante se déclare dans la région de multiples cas voire une épidémie de rougeole, je n’ai pas voulu retarder son injection de ROR. Or à cause de l’allergie à l’œuf et autres excipients du vaccin, le médecin a préféré que l’injection se fasse en milieu hospitalier avec surveillance pendant 30 minutes. Ca tombait bien, hein, qu’on y passe justement toute la journée du lendemain.
Le vaccin s’est bien passé, la journée aussi. Et un petit pot de compote pomme-fraise, fut l’occasion de rajouter “fraise” à la liste des aliments à bannir pour le moment des menus d’Ennéa-Lou 🙁

Attention pour l’œuf :

L’œuf sait se rendre indispensable. Bref, il est partout ou presque. Alors pour le chasser, il faut savoir décoder les étiquettes.

En effet, il faut savoir identifier les différentes dénominations des protéines d’œuf. Attention à certaines mentions comme protéines d’œuf, protéines animales, ovalbumine, ovotransferrine, albumine, ovomucoïde, ovomucine, lysozyme (ou additif E1105), lécithine d’œuf (ou E322), lécithine sans précision.

Entrées avec mayonnaise, salades composées, charcuteries,  terrines, boudins, farces, quenelles, préparations panées, gratins, soufflés, beignets, crèmes, crêpes, quiches, pommes dauphines, gaufrettes, mousses aux légumes, gnocchis, pain de mie, biscottes, pâte feuilletée, viennoiseries, pâtisseries, certaines glaces, entremets, confiseries, marrons glacés,  certains vins, qui peuvent être clarifiés par des protéines d’œuf.

Mais aussi certains shampoings ou savons, certaines solutions pour perfusion, certains vaccins comme celui contre la grippe.

Ce que les médecins m’ont conseillé en cas de manifestation allergique :

Même si j’ai longtemps résisté depuis la naissance d’Ennéa-Lou, j’utilise à présent de la crème à base de cortisone. Plus ou moins dosée selon les endroits du corps concernés. L’arrière des genoux est plus dosé que le visage forcément. Je dois reconnaître que je n’en ai pas utilisé jusqu’aux 8 mois de mon bébé. Je l’allaitais de façon exclusive et les manifestations se “limitaient” si je puis dire à de l’eczéma sur différentes parties du corps.

La cortisone a changé littéralement la vie de notre fille. Elle est devenue un bébé joyeux. Elle s’est mise aussi à faire de gros progrès moteur. Vraiment je ne regrette pas d’avoir cédé. Un dermatologue qui la suit à longue distance (20 mille km) m’a écrit que la cortisone faisait partie de nous et qu’elle devait en manquer. Enfin c’est ce que j’ai retenu. Je n’ai que des connaissances très expérimentales en maternage ! Par ailleurs pour ce qui concerne les gonflements  puisque notre Chouquette vomit rarement et n’a pas de diarrhées, on m’a fourni du Célestène et un stylo d’adrénaline en cas d’urgence. Bien sur chaque cas est unique. Le notre n’est donc qu’indicatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.