A Wallis pousse aussi l’arbre de vie appelé Moringa

Un léger goût de cresson cru se dégage lorsque vous mâchez les feuilles. Pas une saveur forte mais plutôt douce comme celle d’une jeune pousse de salade comme on en trouve en métropole dans les sachets composés bobo 🙂 Ici lorsque vous parlez avec les fafine (les femmes en wallisien) lorsque vous faites quasi partie de la famille, elles vous révèlent les vertus des racines du Moringa ! Encore appelé arbre de vie à Wallis, le Moringa est un arbre alimentaire mais surtout médicinal. Il est aussi une excellente source de protéines, vitamine A, potassium, calcium et vitamine C.Moringa

Pourquoi j’ai découvert le Moringa ?

Ma plus jeune fille est arrivée ici à l’âge d’un mois. Elle avait depuis deux ou trois semaines déjà d’importants problèmes de peau. Dans toutes les pliures mais aussi sur le visage, il y avait ce qui pouvait ressembler à de l’eczéma voire des brûlures.

A Marseille, j’avais tenté plusieurs traitements plus inefficaces voire destructeurs les uns que les autres. Un pédiatre me conseillait d’appliquer de la vaseline, un autre de maïzena (pas mal d’ailleurs) ou encore de la cortisone !!!

Alors quand une des autochtones de mon entourage âgée d’une soixantaine d’années m’a apporté une immense branche coupée dans son jardin de ce qu’elle appelle l’arbre de vie, j’ai adhéré. Elle m’a conseillé de faire comme elle. C’est à dire de piler les feuilles et de boire le jus comme de l’Aloe Vera dilué dans de l’eau.

En fait je fait plus simple encore. Je mâche les jeunes pousses puis je les avale. L’idée est que les vertus du Moringa passent dans mon lait et soigne Ennéa-Lou dite Chouquette ! En fait elle a un peu la peau d’une chouquette, parsemée d’aspérités….

Malia puisque c’est le nom qu’elle porte, pense que notre bébé est encore trop jeune pour boire directement le jus de Moringa même si par ailleurs elle lui donne de l’eau de coco maison.

L’aspect :

La feuille de moringa est composée de nombreuses petites folioles rondes. Elles forment un ensemble délicat de forme triangulaire. La feuille de moringa entière mesure environ 25 cm et les folioles 1 cm. Les feuilles entières sont récoltées, puis les folioles sont détachées de leurs pétioles pour être séchées. Le moringa feuille est un produit brut, sans aucune transformation autre que le séchage.

Quelques unes de ses vertus :

C’est une plante unique. En effet, presque toutes ses parties – feuilles, graines, fleurs et gousses, tiges et racines – sont source d’alimentation d’une part et ont des propriétés médicinales d’autre part. Elles combattent par exemple les dommages causés par les radicaux libres.

Cet arbre tropical originaire d’Inde est souvent planté non loin des habitations, en Asie et en Afrique. Il rend de nombreux services. Plante médicinale utilisée en médecine ayurvédique mais aussi par beaucoup d’autres médecines traditionnelles.

Depuis peu, l’arbre de vie est reconnu comme l’un des plus impressionnants suppléments à base de plantes. Je reçois de nombreux communiqués de presse vantant ses qualités.

En 2008, l’Institut national de la santé a appelé moringa oleifera, la “plante de l’année”. Pour son potentiel d’aider à inverser de multiples problèmes environnementaux majeurs et de répondre à de nombreux besoins humains non satisfaits.

Il est utiliser en cas de maladies inflammatoires, cancer, diabète, anémie, arthrite et autres douleurs articulaires, comme les rhumatismes, allergies et asthme, constipation, douleurs d’estomac et diarrhée, épilepsie, ulcères ou spasmes de l’estomac et de l’intestin
maux de tête chroniques, problèmes cardiaques, y compris l’hypertension artérielle
calculs rénaux, rétention de liquide, troubles thyroïdiens, faible libido, infections bactériennes, fongiques, virales et parasitaires. Bref tout quoi !

Côté cuisine :

Les fruits et les feuilles sont couramment utilisés dans les recettes locales. En Inde, les fruits, de grandes gousses vertes sont consommées dans le curry. En Afrique, à Madagascar et à l’Ile de la Réunion, les feuilles sont consommées, cuites en sauce comme un épinard. C’était encore récemment un plat de pauvre, et les feuilles étaient un produit de cueillette.

Les petites feuilles de moringa séchées se consomment en tisane ou en cuisine.

La composition :

La composition nutritionnelle de la feuille de moringa est réellement exceptionnelle. En tisane, les nutriments solubles sont principalement minéraux et vitamines du groupe B. Pour assimiler tous les nutriments, protéines (un quart de son poids sec) et vitamines A et E, gardez les feuilles après avoir bu l’infusion. Ensuite utilisez les dans une soupe, une sauce ou un sauté de légumes.

Le moringa est à présent une nouvelle ressource pour les pays du Sud. Les feuilles sont de plus en plus utilisées dans des projets luttant contre la malnutrition. Leur production constitue une nouvelle activité agricole pour les petits fermiers.

La poudre des feuilles a une teneur exceptionnelle en calcium, plus que le yaourt, le lait ou le fromage. Pauvre en oxalates qui bloquent l’assimilation du calcium, ici il est bien assimilé.

La feuille de moringa contient des acides gras essentiels. Beaucoup d’oméga 3 dont notre alimentation est carencée (1000mg/100g), et peu d’oméga 6 dont nos apports sont trop élevés. L’équilibre entre ces acides gras polyinsaturés  est crucial pour une foule de processus importants. Cela concerne le bon fonctionnement des systèmes cardiovasculaire, cérébral et hormonal, les réactions immunitaires et anti-inflammatoires.

Vitamines A, C, E, et les nombreux polyphénols protègent notre organisme contre le vieillissement cellulaire et les affections chroniques. Les caroténoides et la vitamine E en font un allié de la peau et des yeux, en particulier grâce à la lutéine qui prévient la macula et la cataracte.

Un superaliment :

La feuille de moringa, séchée et réduite en poudre, est un superaliment 100% végétal et naturel. Riche en acide caffeoylquinique et en chlorophylle, son action détoxifiante sur le foie est égale à celle de l’extrait d’artichaut.

La poudre de feuille est particulièrement indiquée pour les végétariens, les sportifs, les seniors et les personnes intolérantes au lait.

La feuille de moringa est intéressante à utiliser en cuisine, plutôt qu’en gélules. En effet un superaliment est efficace à partir de quelques grammes (et non mg) par jour. Il est bon de l’associer à d’autres aliments qui en facilitent la digestion. Ainsi vous pouvez utiliser la poudre crue ou cuite, diluée dans de l’eau ou dans des corps gras. La variété des modes de consommation assure l’assimilation optimale de tous les nutriments. Le fer par exemple sera quatre fois mieux assimilé cuit. La vitamine A sera mieux fixée par l’organisme si elle est crue ou légèrement cuite, et associée à des lipides.

Une à trois cuillères à café par jour (3 à 9 grammes) suffisent à faire le plein en nutriments essentiels et à booster les défenses de l’organisme. Vous pouvez l’incorporer dans un jus, un smoothie ou un lait végétal, la saupoudrer sur votre petit déjeuner. Egalement en condiment sur vos salades, en vinaigrette ou en pesto, elle s’allie bien avec l’huile d’olive. Diluée dans du lait de coco en boisson ou en curry. On peut même l’utiliser en pâtisserie.

Les saveurs :

Si la feuille a un goût très doux, comparable au tilleul, avec une note citronnée. Le moringa pure poudre est plus typé. Son goût de chlorophylle acidulée apporte du peps et de la couleur en cuisine. Entre l’épinard et le cresson, sa saveur végétale légèrement piquante relève les plats et les boissons. En pâtisserie, le moringa pure poudre s’utilise comme le thé matcha. La poudre est incorporée dans des bouillies pour bébé, des biscuits pour écoliers.

Cet arbre est connu en médecine ayurvédique comme celui qui guérit ou prévient 300 maladies. Il s’appelle aussi « celui qui se déplace comme une flèche », en référence à sa rapidité d’action et à son action détoxifiante.

En Afrique, les feuilles de moringa constituent le plat identitaire de certains peuples. Parmi ces recettes on trouve le Mboum au Sénégal (couscous de moringa), le Kopto au Niger (sauce moringa à l’arachide), le Daba en Ethiopie (feuilles mijotées aux boulettes de sorgho).

Purifier l’eau :

Une autre utilisation intéressante des graines est enfin la purification de l’eau. En effet, combiner les graines de moringa avec de l’eau aide les impuretés à s’accrocher aux graines pour qu’elles puissent être enlevées. L’ eau devient ainsi de meilleure qualité et moins toxique. Le sel semble également se lier au moringa, ce qui est bénéfique pour la production d’eau douce. Certaines études ont montré que 0,2 gramme de graines de moringa peuvent transformer un litre d’eau contaminée en eau potable.

Pour ceux qui souhaite donc consommer les dérivés du Moringa bio sans pour autant traverser le monde, rendez vous sur ce site. Celui-ci est d’ailleurs cultivé au Congo, aux Philippines et au Pérou.

Découvrez le Moringa côté beauté et super aliment sur JVC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.