Auvers-sur-Oise célébre la mer au Musée Daubigny

Situé au cœur de la commune d’Auvers-sur-Oise, dans un manoir du XVIIème siècle, le Musée Daubigny permet de découvrir les œuvres de Charles François Daubigny (1817- 1878), l’un des pères fondateurs de l’impressionnisme. Mais il offre bien davantage : la compréhension du pré-impressionnisme et des mouvements artistiques qu’il a fait naître.
Musée Daubigny
Plus de mille œuvres constituent les quatre collections du musée présentées au gré des expositions. La plus importante d’entre elles rassemble peintures, dessins et gravures de la fin du XIXème siècle autour de Daubigny, exposés en permanence au rez-de-chaussée du musée. Une collection enrichie entre autres, d’œuvres de Norbert Goeneutte, Maximilien Luce ou Jules Dupré.
Du 24 mars au 26 août 2018 : des marines souvent peu connues…
Le talent de Karl Daubigny s’est exercé avec beaucoup d’éclat dans les représentations de marines. C’est au bord de la mer qu’il s’émancipa de l’influence de son père. La touche est vigoureuse, les couleurs contrastées. L’artiste invente des cadrages qui l’éloignent de l’académisme.

La mer, cette source d’inspiration infinie pour les artistes, permet de présenter un nouvel aspect de la peinture de paysage au XIXème siècle. Plus de 80 œuvres jalonnent l’exposition, les artistes présentés, Courbet, Dupré, Boudin, Corot… sont mis en regard avec l’œuvre de l’artiste contemporain Patrick Le Corf qui s’inspire de Charles François Daubigny et de Jules Dupré.

J’ai vu des couchers de soleils sur la mer qui rendent les Claude Lorrain bien ternes » écrivit Charles François Daubigny à Geoffroy-Dechaume en 1854. Ne décrions pas le talent de Claude Lorrain, mais laissons-nous aller et rêver le long des côtes de la Manche et de la mer du Nord en compagnie de Boudin, Courbet, Jongkind… qui, comme Daubigny, peignirent beaucoup à Villerville et à Honfleur. Les toiles les plus originales de ces précurseurs de l’impressionnisme représentent la mer. La mer comme seul objet d’étude, sans âme qui vive, à perte de vue. Mais elles nous montrent aussi les activités des travailleurs de la mer : pêcheurs, moulières… Ces œuvres lumineuses et contrastées, avec parfois des ciels menaçants, sont loin de l’atmosphère paisible des paysages fluviaux chers à Daubigny. A voir, un canotier à la main, car il fera bientôt chaud le long de l’Oise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.