Le Château les Amoureuses : légende d’hier et plaisir d’aujourd’hui

A la confluence du Rhône et de la rivière Ardèche, à Bourg-Saint-Andéol, au milieu des figuiers, genévriers, oliviers, mûriers et lavandes s’étend le vignoble du Château les Amoureuses. Un joli domaine lové dans un paysage sauvage qui mêle douceur du Nord et impétuosité méditerranéenne. 

château les amoureuses

@visuel domaine les Amoureuses

Ici, sur les coteaux et terrasses, la culture de la vigne remonte à l’antiquité. On dit dans le pays, que jadis, à la saison des fleurs, les jeunes filles de Bourg-Saint-Andéol venaient prendre le frais et bavarder près d’un ruisseau bordant les parcelles de vignes plantées sur le lieu-dit « Vinsas ». Bien sûr, les jeunes gens ne tardaient pas à les y rejoindre et d’improbables rencontres amoureuses se jouaient là. D’où le nom attribué depuis à ces vignes, qu’il ne viendrait à l’idée de personne de débaptiser.

@visuel domaine les Amoureuses

Un projet, une ambition, une volonté

A la tête du groupe industriel Fabemi, Jean-Pierre Bedel, un homme à la personnalité affirmée porte depuis toujours un véritable amour à cette terre ardéchoise. En 2011, lui et son épouse Florence font l’acquisition du Château les Amoureuses. Leur projet : insuffler un véritable vent de renouveau au domaine.
Sur les 76 hectares de la propriété, tout fut repensé. Du vignoble même aux moindres détails des chais : choix des cépages, conduite du vignoble, vinification, élevage et assemblages. Leur démarche :  produire des vins de qualité en s’appuyant sur la diversité des terroirs ardéchois.
Leur vignoble, riche et varié, réparti sur les communes de Bourg-Saint-Andéol et Saint-Marcel-d’Ardèche jouit d’une mosaïque de terroirs composée de sols et sous-sols variés situés entre 80 et 330 mètres d’altitude. Des terrasses argilo-calcaires orientées vers le Rhône recouvertes d’alluvions caillouteuses bordent le domaine, en contrebas. Chaque parcelle est enherbée de plants sélectionnés permettant de réduire l’érosion, préservant ainsi l’équilibre naturel des sols. Au départ, le vignoble des Amoureuses cultivait déjà de nombreux cépages : syrah, mourvèdre, carignan, merlot, marsanne, roussanne, viognier… Certains ceps avaient plus de 70 ans. Depuis, la liste s’est encore allongée. Sont donc venus s’ajouter cabernet sauvignon, pinot noir, marselan, sauvignon blanc, petit verdot, malbec, tannat et même du touriga nacional.

Touriga nacional… vous connaissez ?

JVC qui a, entre autres, contribué à l’écriture d’un gros ouvrage paru aux éditions Solar : « Bien connaître et déguster le vin », avoue que ce cépage lui était inconnu. En fait, il est originaire de la  Vallée du Douro et sert essentiellement à produire du porto rouge. Ce Touriga nacional, que l’on retrouve en Australie, en Espagne, à Chypre ou en Afrique du sud, donne des vins très tanniques, à la robe sombre, presque noire. Il offre des arômes soyeux de fruits noirs (cassis en particulier), et des caresses de fleurs tout aussi ténébreuses (violette). En bouche, il est puissant et capiteux, très fruité, très «dense». Et maintenant, le petit jeu consiste à deviner qui a introduit du Touriga nacional dans un vin français ? Vous l’avez deviné (bravo!), le Château des Amoureuses, bien sûr! Le domaine a adapté ce cépage en terre ardéchoise. Pour sa première récolte, millésimée 2015, ce vin novateur, tout de noir vêtu, a été élevé en fûts de chêne, issu de la forêt de Tronçais.
Il se déguste (entre 16 et 18°) avec du bœuf à la mode de Porto ou un fondant au chocolat au cœur de griottes. JVC l’accorderait bien aussi avec du canard ou de la pintade, et des fromages à pâte dure.
Une fabuleuse expérience attend votre palais.

@visuel domaine les Amoureuses

Prix: 19€90
15,5% vol.

En vente uniquement au

Domaine  Château des Amoureuses

chemin de Vinsas- 07700 Bourg-saint-Andéol
et sur le site internet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.