Et si les sites de rencontre étaient faits pour nous ?

sitederencontre-smoosee.com-jevouschouchoute-jvc

copyright Smoosee.com

Tous les indicateurs sont au vert pour tenter l’expérience de la rencontre par le biais des sites de rencontre : à grand renfort de publicité, on nous pousse à leur consommation, « le bouche-à-oreille » nous y incite un peu plus et l’isolement prégnant, dans notre société de sur-communication achève de nous de nous orienter vers cette modalité de rencontre qui tend à devenir la règle de nos jours.

Que l’on soit célibataire ou que l’on ait une vie privée bien remplie, par ailleurs, peu importe si l’on en croit les publicitaires qui encouragent même, depuis peu, les femmes comme les hommes à « tromper » leur conjoint/compagnon.

Des sites de rencontre fournissent désormais rendez-vous coquins avec alibis à la clé, comme les générations précédentes d’enfants falsifiaient les mots d’excuses à leur scolarité.

Du piment dans notre vie ?

Pour ma part, j’ai testé plusieurs sites de rencontre avant de faire mon choix.

Célibataire, fraîchement divorcée, je souhaitais tenter l’aventure dans les meilleures conditions. Au départ, c’est une amie qui a décidé « à ma place » de me pousser à faire la démarche. Devant mon peu d’enthousiasme, elle m’a inscrite, elle-même, sous mon consentement passif.

Elle a rempli les cases, répondant à ma place aux questions généralement posées et sensées faire une sélection à l’entrée, généralement lors de l’inscription.

C’était parti, mon annonce était publiée et ma photo affichée.

Pour ne pas décourager son enthousiasme altruiste, je me suis par la suite laissée tenter par la curiosité de savoir ce que mon inscription avait pu susciter comme réactions. Et justement, des personnes à « l’air virtuel », à l’autre bout de la toile, à quelques kilomètres en réalité, s’étaient penchées sur mon profil et avaient émis des signaux à mon attention dans ce nouveau brouillard « webtien » et il m’appartenait d’y répondre ou pas, librement, sans aucune pression, je pouvais disposer à mon gré de ces propositions.

Ce qui peut attirer c’est le potentiel séduction que l’on peut inspirer et aussi, l’exposition sur rayonnage qui est faite, sans plus de pudeur, de tous nos semblables -âmes esseulées, à la recherche, éperdue ou non, d’un cœur à prendre.

L’organe précité n’est cependant pas le seul visé — et de loin – par la gente masculine et pourquoi pas, féminine, je tiens à vous le préciser.

Cependant tandis que certains affichent ostensiblement leurs intentions pas forcément « catholiques », d’autres adoptent une stratégie plus masquée pour augmenter leur chances et faire baisser la garde des plus effarouché(e)s.

Le profil de chaque candidat comporte dans beaucoup de sites, en effet, la précision quant au type d’attente du candidat : relation câline ou relation plus sérieuse.

Mais j’aurai tôt fait de m’apercevoir que même les relations qui se veulent « sérieuses » ne sont en fait qu’un petit « piège » sympathique pour permettre à certains « pêcheurs » d’étendre plus largement leurs filets.

Car tout est là : en ce qui me concernait, du moins tout dépendait de l’attrait que ces profils auraient pu susciter chez moi et selon le degré d’attirance, je répondais aux avances ou pas, tandis que je pouvais également prendre l’initiative de  les faire moi-même, en premier.

copyright webfrance.com

copyright webfrance.com

Une photo, un regard, une expression de visage, une phrase au détour d’une description faite par le candidat lui-même, c’est toute une liste de critères qui passaient au crible de mon choix sélectif, plus ou moins affûté, selon mon état de désespoir ou d’exigence du moment.

Consulter un catalogue d’hommes, tous présentés sous le meilleur angle, pourrait avoir un effet des plus alléchant, mais à cette période de ma vie, mon « manque » n’avait pas encore eu le temps de trop se marquer et surtout, la déception sentimentale d’où je sortais avait réussi à calmer mes ardeurs, je n’avais donc pas trop de difficulté à résister aux tentations et gardais la tête froide ce qui n’était pas le cas de certains qui, du coup, par empressement, se sont fermés des portes du moins me concernant.

Ah ! oui, il faut le savoir : certains ne manient pas au mieux « l’art et la manière » d’aborder leurs congénères et on en voit « de toutes les couleurs ».

Dans le site que je fréquentais, à noter que le taux de succès personnel était carrément chiffré, se basant sur des critères qui me sont restés étrangers mais qui ont présenté l’intérêt de m’avoir  encouragée, au vu de mes résultats !… et je soupçonne que leur côté euphorisant doit inciter à visiter davantage les sites de rencontre en question …

Après le choix des « heureux élus », venait l’étape des échanges.

Alors là, « l’hécatombe » pouvait débuter !

Que d’écrémage !!

Du discours anodin aux idées navrantes, le stock des personnes qui m’intéressaient, au bout de quelques e-mails échangées, fondait comme neige au soleil.

Soit on a affaire à des  flopées d’égo-centrés infantiles persuadés de leur irrésistibilité, soit à des goujats de service, à nombre de personnes beaucoup plus jeunes qui cherchent à étoffer leurs expériences sexuelles, et à d’innombrables maladroits, voire désobligeants, dans leur approche.

Ah oui ! il faut être prête à tout entendre ou voir ! … car certains ne disposent pas de tous les atouts pour aborder le sexe opposé.

Souvent, lorsque le candidat « sélectionné » est « passé à travers » toutes ces épreuves, le décalage se révèle lors de la première rencontre, et au fil du 1er  rendez-vous, les déceptions s’égrainent, leurs quantité approchant dangereusement de « l’au revoir » fatidique, suivi d’un « à jamais », dans la confidence de son fort- intérieur.

Soit ils sont plus vieux que prévu, soit plus gros soit ne disposant pas du même potentiel beauté que la photo qui les représentait sous leur unique et meilleur angle.

Mais à mon sens, le piège majeur dans les sites de rencontre, pour une personne qui recherche une relation sérieuse, c’est la foultitude vertigineuse des possibilités de rencontre que ces sites de rencontre mettent à la disposition de tout un chacun.

Cet amoncèlement de choix à l’infini incite, en effet à ne pas se contenter de ce que l’on a devant soi, tentés que nous pouvons être de chercher toujours mieux.

Ce phénomène pourrait même faciliter le « renouvellement » du partenaire à la moindre anicroche.

Et ce travers peut avoir la fâcheuse conséquence de ne pas laisser la chance à la relation de perdurer, rendant les utilisateurs trop prompts à ne pas s’appesantir dans une relation, ne prenant pas le temps d’approfondir, dès la 1ère difficulté rencontrée, les internautes se laissant happer par les sirènes du fameux catalogue contenant tant de promesses, chacun y allant de son idéalisme infantile, persuadé de pouvoir trouver toujours mieux ailleurs, le prince charmant-zéro défaut.

Quoiqu’il en soit, trouver le partenaire de son choix est possible, j’en connais qui l’ont fait et je fais moi-même partie des « heureux gagnants » puisque j’ai trouvé « le mien » sur un de ces sites de rencontre, après 1 an d’utilisation et ça fait maintenant plus d’un an que ça dure !….et « ils se marièrent et ils eurent beaucoup d’enfants » …

Corinne pour JVC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.