Cet été, nos petits rats apprennent « La révérence » au 20, allée de la Danse

Il s’agit du onzième tome de la collection que mes filles adorent. Comme le temps passe vite ! Depuis que cette série de romans a vu le jour sous les presse des éditions Nathan, elles attendent les nouvelles histoires de nos petits rats de l’Opéra national de Paris avec impatience. La danse …. ce sport qui fait rêver tant d’enfants. Devenir un jour une étoile mais avant cela des années de travail, de transpiration, d’efforts. Peur de l’échec, rivalité, passion, compétition, quête de l’excellence…voici les problématiques essentielles soulevées au fil des titres 20, allée de la Danse destinés aux lectrices et lecteurs (je pense qu’il y a plus de filles qui accrochent) dès 7-8 ans.

danse

Le ressenti d’Enora, 8 ans :

Après un début assez triste car les parents de Sophia vont se séparer, l’histoire s’arrange puisque Sophia décroche le premier rôle ce qui la rend très heureuse et fière.

La révérence, Tome 11 :

Sofia est désespérée : ses parents vont divorcer et elle se sent responsable. Son père et sa mère étaient en désaccord permanent sur le fait qu’elle étudie loin d’eux, à l’École de Danse de l’Opéra de Paris. Peut-être que tout s’arrangerait si elle rentrait en Italie ? Après tout, là-bas aussi, elle pourrait danser. Mais sans sa bande de copains, ça n’aurait jamais la même saveur et, surtout, serait-elle vraiment prête à renoncer à l’enseignement de la prestigieuse école française ?

20, allée de la Danse 160 pages en romans grand format 10€95 chez Nathan

197 visiteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.