Voyez les choses en grand pour votre literie et améliorez la qualité de votre sommeil

« Bien dormir à deux mais bien rêver tout seul », pour tous ceux d’entre nous qui avons dépassé la quarantaine, ce slogan publicitaire rappelle quelques souvenirs d’enfance, n’est-ce-pas ? Acticouple, une étude clinique inédite menée sur le sommeil des couples, arrive à la conclusion que les dimensions de notre literie ne se limitent pas à améliorer la qualité du sommeil. La taille du lit influe aussi sur les relations et la manière de dormir ensemble.literie

 

Dans diverses situations de la vie courante, j’ai souvent rêvé de me transformer en petite souris pour espionner…La curiosité est un vilain défaut, dit le dicton ? Ok, mais pas lorsqu’il s’agit de notre bien-être. C’est à partir d’enregistrements comparatifs, par capteurs portant sur les rythmes cérébraux, lors du sommeil de couples sur une literie de dimension traditionnelle d’une part (140 x 190cm) et sur une literie grande largeur d’autre part (160 x 200cm), que l’on constate une évidente amélioration de la qualité du sommeil sur le second type de literie. C’est drôle mais cette technique me rappelle Master of Sex, une série qui m’a tenue en haleine il y a quelque temps, on s’y fiait aussi beaucoup aux capteurs !literie

 

Les données collectées, rapportent un repos plus récupérateur  avec un temps de sommeil efficace supérieur à 90% du temps passé dans un lit « queen size », un nombre d’éveils en baisse (- 25%) durant la nuit et un temps de sommeil profond augmenté, qui passe en moyenne de 132,25 min à 151,53 min (+ 14,5 %). Les 20 minutes d’écart feraient elles toute la différence ?

L’étude révèle aussi qu’une literie grande largeur diminue les phénomènes de réveil nocturne liés aux mouvements de l’autre et à des heures décalées de coucher ou de lever au sein du couple. Bref la paix des ménages approche….

Mais le bénéfice ne s’arrête pas là puisque les couples prennent à présent conscience que leurs manières de dormir ensemble et de se comporter l’un par rapport à l’autre selon la nature de leur sommeil respectif n ‘a rien d’anodin. Fraîcheur et dynamisme se ressentent au réveil.

Quel impact, la taille de votre literie a-t-elle sur votre sommeil ?

Le but de l’étude Acticouple initiée par l’Association Pour la Literie et réalisée en collaboration avec l’European Sleep Center et le Professeur Damien Léger, Responsable du Centre du Sommeil et de la Vigilance de l’Hôtel-Dieu de Paris a donc été d’évaluer – pour la première fois – l’impact d’une grande literie (160 x 200 cm) sur la qualité du sommeil des dormeurs.

Nous avons la confirmation d’un sommeil de meilleure qualité chez tous les couples.

D’un point de vue technique :

Les données enregistrées par les capteurs polysomnographiques2, portant sur les rythmes cérébraux : électro-encéphalographie (EEG), musculaires du menton et des mouvements des yeux : électrooculographie(EOG), sont particulièrement significatives pour certains indicateurs.

D’un point de vue pratique :

Les couples, en particulier les dormeurs plus légers ou sensibles avec réveils en cours de nuit et difficultés d’endormissement témoignent que la grande largeur :

  • augmente la possibilité de prendre de l’espace et donc du confort pour bouger la nuit sans gêner l’autre ;
  • permet de quitter le lit plus facilement – dans les cas d’insomnie passagère ou de besoins physiologiques – sans réveiller l’autre ;
  • offre l’opportunité de se coucher ou de se lever à des heures différentes sans réveiller l’autre et donc de respecter son sommeil.

Pourquoi un bon matelas ?

Si l’on considère que l’on passe environ 25 ans de sa vie au lit, le choix de la literie devient important. Ajoutons à cela, qu’il n’y a pas une journée qui commence sans les conséquences d’une (bonne ou mauvaise) nuit de sommeil.

Manque ou mauvais sommeil, insomnie entraînent à moyen ou long terme des   journées moins voire peu efficaces, une baisse parfois risquée de la concentration, un risque d’accidents au volant, et une humeur changeante.

Il semble évident que les troubles du sommeil deviennent un enjeu de santé publique, hélas encore souvent déconsidérés par les consommateurs qui ne mesurent pas l’enjeu d’une bonne literie.

Combien coûte un bon matelas ?

Pas moins de 600 € selon Gérard Delautre, président de l’Association pour la promotion de la literie qui regroupe les principaux fabricants français (Epeda, Benoist ou Davilaine).

Sur qu’on peut trouver chez But ou Confo de « super affaires » à moins de 200€. C’est le cas de produits comme ConfoBed ou Dunlopilo. Mais aucun miracle de confort à ce prix. Avec moins de 500 €, vous ne pourrez acheter que de la mousse, en magasin comme sur Internet.

Cela peut éventuellement suffire à un ado encore léger et encore – eux passent encore plus de temps dans leur lit que nous, adultes !

Pour monter en gamme et investir dans des marques comme Epeda ou Treca, il faudra débourser entre 600 et 1 000 €.

« Avec 700 €, vous trouvez des produits avec un bon garnissage qui ont 25 cm d’épaisseur, gage de confort », glisse un vendeur de Conforama. Internet peut être une solution pour traquer la bonne affaire avec des réductions sur certains modèles jusqu’à 50 %. Au-delà de 1 000 €, vous entrez dans l’univers du matelas de luxe, à l’instar de la marque américaine Tempur. »

Et n’oubliez pas qu’une literie de plus de 10 ans n’est plus une literie (matelas, oreiller plus sommier de préférence)

Comment choisir son matelas ?

  • S’allonger plusieurs minutes sur la literie et fermer les yeux pour se concentrer sur ce que l’on ressent
  • Se coucher sur le dos : si on peut passer la main entre les reins et le matelas, c’est que le matelas est trop ferme
  • S’appuyer sur un coude : s’il s’enfonce dans le matelas, il n’est pas assez ferme
  • Essayer toujours à deux si on dort à deux.
  • Choisir un matelas de 15 cm supérieur à la taille du dormeur le plus grand.

Des conditions pour mieux dormir :

  • Adopter des horaires de sommeil réguliers.
  • Un réveil dynamique pour bien éveiller son corps : lumière forte, exercices
    d’étirement, petit déjeuner complet
  • Une activité physique en journée plutôt que le soir
  • La sieste permet de maintenir la vigilance pour le reste de la journée
  • Eviter les excitants après 16 heures : café, thé, cola, vitamine C
  • Eviter l’alcool et le tabac en particulier le soir
  • Maintenir la température de la chambre autour de 18° ( limite le développement des acariens et la pollution de l’habitat)
  • Aérer la literie et penser à changer les draps.
  • Passer l’aspirateur régulièrement sur le matelas.

Créée en 2003, l’Association pour la Literie (APL) réunit des membres issus de l’industrie de la literie et du corps médical, afin de sensibiliser les consommateurs mais aussi les prescripteurs et la presse sur l’importance de la qualité de la literie pour chaque individu.

 

335 visiteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.