Spectaculaire Féerie des Eaux du Grand Rex Paris

La Féérie des Eaux au cinéma Le Grand Rex à Paris est un spectacle aquatique musical qui enchante petits et grands lors des projections du grand film de fin d’année. Jusqu’au 4 janvier 2018 inclus, il s’agit de Coco, le Pixar-Disney. JVC vous dévoile les coulisses des 1700 jets d’eaux qui envahissent la scène.Grand Rex  

Sous l’immense voûte étoilée, scintillent des étoiles. Planétarium ? Non, le plafond de la très spectaculaire scène du Grand Rex . Le regard s’accroche ensuite sur les bas-côtés, où des décors en relief évoquent des villas art-déco et néo-baroques, pergolas mauresques, statues antiques de la célèbre French Riviera du début du XXe siècle.

Attendre que le spectacle commence au Grand Rex n’est pas une punition. Loin de là ! Les yeux se régalent de cette salle de cinéma où peuvent s’asseoir 2702 personnes, auxquels s’ajoutent les 1300 du 2e balcon.

Et puis soudain, le brouhaha de la foule s’estompe. Musique maestro. Les jets d’eau de l’iconique Féerie des Eaux du Grand Rex commencent à pleuvoir sur la scène. Ils ploient, lancent des gouttes dans les airs. L’eau se met littéralement à danser. La musique évolue, plus rapide. Les jets d’eau vibrent en musique et ralentissent quand le tempo se calme.

Dans la salle de cinéma, plus un bruit. Des chuchotements à peine : oh, ah, oh, ah…

Et puis, il y a les couleurs, des vibratos de verts et de jaunes, de rouges et de bleus, des personnages qui se dessinent en filigrane au-dessus des jets d’eaux.

Les yeux s’écarquillent. Est-on au cinéma ou au Château de Versailles pour les Grandes Eaux ?

BACKSTAGE

Pyrotechnie, musique, vidéo, lasers, lumière. Cinq corps de métiers interviennent dans les coulisses. Aux manettes, le régisseur de cette féerie, Marc Voydeck. JVC a eu le privilège et l’honneur de pouvoir glisser un œil derrière la scène pour comprendre comment fonctionnait la Féerie des Eaux, spectacle à nul autre pareil, qui permet au Grand Rex de se démarquer à la puissance 250 de tous les autres cinémas.

Sur la scène, un immense bassin, 16 mètres de long, 6 mètres de large, profondeur  0,50 mètres. Peut-on compter sur vos commentaires en fin d’article pour calculer le volume en m? Si vous y parvenez, vous avez le droit de poursuivre la lecture de cet article.

Des buses (tuyaux) trouées en divers endroits parcourent le bassin. Elles ont des formes différentes. Certaines sont droites, d’autres ont la forme d’un serpentin. C’est de là que va partir l’eau pour s’élancer dans les airs avant de retomber pile dans le bassin et ainsi de suite, pour être recyclée et repartir dans les airs.

Mais ce n’est pas fini. Aux balcons, des petits bassins sont également installés. L’eau descend donc des façades en cascade pour retomber sur deux petits bassins placés sur le devant de la scène. Comme des ricochets. Si vous voulez les sentir, placez-vous sur les côtés aux premiers rangs.

CHRONOMETRE  

Facile, pensez-vous ? Si l’eau n’était que le seul élément de la Féerie des Eaux, cela serait simple sans doute. Mais on est dans un cinéma ! Donc au Grand Rex , lumière et son s’entrechoquent. Doublés en plus de la pyrotechnie, des lasers et du mapping. Qu’il faut assembler et faire évoluer en cadence, en rythme, pour constituer un spectacle musical cohérent. Vous suivez toujours ?

« Installation et encodage des séquences lasers, pyrotechnie, eau, lumière et son prennent 5 jours et 4 nuits, raconte Marc Voydeck, responsable de La Féerie des Eaux au Grand Rex . On travaille séquence par séquence. On valide un ensemble de musiques, avec la bonne couleur de lumière, le bon son, le bon déplacement des projecteurs… puis on attaque une autre séquence. Montage des bassins, encodage numérique des séquences, sur des consoles spécifiques dédiées à chaque élément : pyrotechnie, lasers, son… C’est comme si nous avions 5 superordinateurs reliés entre eux. Chaque partie est minutée, chronométrée, pour que la bonne lumière se déclenche sur le bon morceau de musique, avec le bon jet d’eau projeté dans la bonne direction. »

Waouh. Impossible quand on est dans la salle d’imaginer le travail de minutie et de coordination que demande une telle scénographie aquatique et scénique.

COCO, DISNEY PIXAR

Et pour Coco ? « Les extraits de musique ont été choisis par Alexandre Hellmann, directeur du Grand Rex, explique Marc Voydeck. Ils sont tirés de musiques de l’année en cours. Chaque Féerie des Eaux est nouvelle même si certaines fontaines reviennent d’une année sur l’autre. 18 personnes ont été mobilisées sur la création du spectacle, dont 3 personnes au montage des bassins, 7 à la lumière, 2 à la vidéo, 2 à la pyrotechnie… Tous les matins, à 6h, je teste en personne la Féerie des Eaux, devant une salle vide. Pour vérifier que les séquences fonctionnent, qu’aucun fil n’est débranché, qu’aucun bouton n’a été poussé dans le mauvais sens sur une console. Avec mon équipe, nous avons jusqu’à 10h30, heure de la première séance pour corriger s’il y a un souci ».

Sur les bas-reliefs sont également projetés des séquences extraites du film. Un « mapping » qui existe depuis 3 ans.

Pour Coco, que va-t-il se produire ? Sans spoiler, on peut vous dire que des bulles de couleur et des serpentins vont tomber du ciel.

« Pour la Reine des Neiges, nous avions créé des flammes orientables et des bulles de fumée. Le contraste était dans le chaud et le froid, conclut Marc Voydeck. Chaque film nous inspire différemment. Ce qui est incroyable, c’est de voir les enfants danser, reprendre les chansons en chœur. La salle s’anime, vibre ».

Une récompense pour toute l’équipe qui œuvre dans les coulisses, entre les câbles électriques qui serpentent dans les escaliers étroits de ce bâtiment classé par les monuments historiques.

Et puis soudain, après vingt minutes d’enchantement visuel, la salle est plongée dans le noir. L’eau a disparu. L’écran apparaît comme par magie, le logo Disney se dessine. Saurez-vous dire à JVC quel est le type d’écran qui est utilisé ?

On vous donne des indices du langage et du vocabulaire des métiers du spectacle : envoyez-vous encore des cartes postales à vos amis ? Croyez-vous encore en 2017 que le Père Noël descend par la cheminée pour livrer ses colis ou bien fait-il appel au géant Amazon? Savez-vous d’où vient l’expression secret de Polichinelle ?

Nous attendons avec impatience vos réponses sous ce billet.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

La Féérie des Eaux suivie du film Disney.Pixar COCO au Grand Rex
Jusqu’au 4 janvier 2018
Tarifs : de 11 à 15 €
Réservations : www.legrandrex.com
Caisse Rex – Magasins Fnac et Carrefour – 08 92 68 36 22 (0,34 € la min.)

458 visiteurs

Comments: 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.