Emouvante Coco

Plus gros succès de tous les temps pour un film d’animation (35 millions d’euros de recettes sur 15 jours) au Mexique, Coco, le dernier Disney-Pixar remportera-t-il le même engouement en France ? Sortie nationale, le 29 novembre. JVC, qui l’a vu en avant-première au Grand Rex, à Paris, vous en décrypte l’intrigue, mais sans spoiler.Coco

Le pitch

Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel Rivera. Un vrai déchirement pour ce Mexicain de 12 ans dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, feu Ernesto de la Cruz. Mais dans sa famille, on est cordonnier, bottier, chausseur, de génération en génération. Et Miguel est censé perpétuer la tradition. Sauf qu’il déteste les chaussures et ne jure que par cette guitare dont il joue en cachette. Propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts, par un concours de circonstances qu’on ne dévoilera pas, Miguel s’y lie d’amitié avec Hector, un garçon un peu filou, très retors même et ubuesque aussi. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel. #nospoiler

 

Coco, c’est qui ? 

L’arrière grand-mère de Miguel. Assise dans son fauteuil, elle a le visage ridé de ceux qui ont beaucoup vécu, aimé et souffert. C’est elle qui va nous attendrir. Comme elle a fait fondre Anthony Gonzalez, la voix américaine de Miguel : «Toutes les interactions qu’ils ont ensemble sont assez touchantes, explique-t-il, parce que trois générations les séparent.»

 

Día de Muertos

« Le jour de la fête des Morts – le 2 novembre -, les familles mexicaines dressent dans une pièce de leur maison un petit autel avec les photographies de leurs ancêtres, mais aussi toutes sortes d’objets et d’écrits qui les représentent bien, raconte Vincent, 13 ans. C’est notre professeur d’espagnol qui nous l’a expliqué. Les plats préférés des morts sont préparés et déposés devant l’autel. Ces «ofrendas» sont habituellement entourées de fleurs colorées et de bricolages, comme les «calaveras» (têtes de mort) et les «papeles» (papiers à motifs). Les familles se réunissent ainsi sous les «auspices» des anciens dans une véritable ambiance de fête. Les tombes des cimetières sont également décorées. »

Un pays vertical

 

Coincé au royaume des morts, Miguel y est le seul être vivant. De chair et d’os, il déambule parmi ses ancêtres, squelettes ambulants et tous les autres morts de la Galaxie (non, Dark Vador n’y est pas)! Construit en hauteur, ce royaume où s’empilent des maisons construites dans la verticalité est extraordinairement coloré, festif, avec des fleurs et des couleurs qui explosent en plein écran. De la vraie magie signée Disney.

 

JVC a aimé :

La très jolie manière humoristique de parler des morts et d’évoquer leur souvenir. S’il fallait garder deux morales en tête à l’issue de ce film, ce serait de ne garder aucun secret de famille, car la vérité finit toujours par éclater et de se rappeler que nos ancêtres font partie de nous et qu’ils ne disparaissent pas vraiment tant qu’on parle d’eux et qu’on évoque leur souvenir. Le film est bourré de scènes humoristiques qui ne sont jamais déplacées.

 

L’avis de Lucie, 15 ans :

 

« J’ai trouvé les dessins magnifiques et l’histoire très émouvante. Je ne m’attendais pas du tout à ce genre d’histoire car je pensais qu’on allait voir un dessin animé pour les enfants. Mais en fait, il y a une vraie morale pour les grands qui peuvent comprendre au premier degré ce qui se passe. Pour les plus jeunes et les petits, c’est très ludique. Le côté famille est super, ca montre à quel point c’est important d’avoir des proches autour de soi. L’idée des squelettes pour représenter les morts est très bonne aussi. C’est beaucoup mieux que s’ils avaient juste été animés par de la transparence ou de la lumière, style fantôme ».

Où voir Coco en priorité ?

 

Pour tous ceux qui ont l’occasion de venir à Paris lors des fêtes de fin d’année, une seule adresse ! La très belle salle du Grand Rex, à Paris, parce que les séances sont couplées avec un spectacle de jets d’eau, la féerie des Eaux. A réserver ici.

181 visiteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *