Halloween au Parc Astérix

Quand les citrouilles s’invitent chez Astérix , où s’installent-elles ? Croise-t-on des zombies, des Walking Deads et des sorcières ? Faut-il vraiment avoir « Peur sur le Parc » ? Avec la complicité d’Anna, 10 ans, JVC a mené l’enquête.Astérix

 

© Martine Carret

LA PRE-AMBIANCE

 

Sortir du parking et découvrir deux tas de citrouilles posées à terre et un fantôme à l’allure du psychopathe du film Scream attaché par de lourdes chaînes et cadenassé… C’est le hotspot photogénique par excellence, le lieu à selfies ou photos de groupes. J’y suis, j’y étais, j’y suis allé… A décliner sur tous les tons et les temps sur les réseaux sociaux : #ParcAsterix.

Passer les barrières de sécurité, les portiques métalliques, scanner le billet et marcher sur la rue commerçante, la Via Antiqua. Les toits des boutiques sont décorés de toiles d’araignées et des petits fantômes forts sympathiques sont déployés en banderoles sous l’œil goguenard d’ Astérix . Les regarder le nez en l’air fait passer le temps en attendant l’ouverture à 10h00.

PARIS BY NIGHT

Autrefois, lorsque la fée électricité n’existait pas, les rues de Paris étaient de véritables coupe-gorge. Sombres, mal famées, repères de brigands, ces ruelles pavées n’étaient pas fréquentables à la nuit tombée. Pendant Halloween, alors que les araignées ont étalé leurs toiles sur les façades, on y croise de drôles de personnages : petite fille possédée par une sorcière, chevaliers zombies. Il y a aussi une bête étrange qui s’est échappée de sa cage, des gargouilles et d’autres créatures. JVC ne souhaite pas vous en dire plus. Un seul indice, JVC ne souffre pas d’arachnophobie. Si, si, nous avons vérifié !  

A TRAVERS LE TEMPS 

La décoration de la zone « A travers le temps » est particulièrement réussie. Sans être agressive, malgré les squelettes pendus et autres cadavres, la mise en scène n’est absolument pas effrayante. D’ailleurs les petits ne s’y trompent pas « Ce sont de faux morts » a-t-on entendu dans les allées. « La forêt d’Idéfix » et ses cabanes en bois sont vampirisées elles aussi par les toiles d’araignées et autres citrouilles. Mais tout en douceur. C’est la zone des petites frayeurs pour petits bambins.  

MAGNA MALEFICUS 

Dans le Théâtre de Panoramix, se déroule un spectacle de magie « Magna Maleficus » qui a lieu exclusivement pendant la saison « Peur sur le Parc ». Les photos y étant interdites, JVC ne peut pas vous en montrer. Sachez qu’il s’agit d’un très beau spectacle où magicien choisit des cobayes dans la salle. Il découpe sa partenaire en deux et crible d’épées une cobaye allongée dans une boîte. On aurait eu besoin d’avoir Gérard Majax avec nous pour nous expliquer le tour. Parce qu’évidemment, ni la cobaye ni la partenaire ne sont coupées en deux ! L’illusion est parfaite. Surtout si les yeux sont distraits par la nuée de souris blanches qui gambadent dans un tunnel lumineux posé au sol. A savourer en famille, quel que soit l’âge.

METAMORPHOSIS

Le spectacle se déroule dans une salle fermée, près de la Nationale 7. Bien que ce cinématographe soit déconseillé aux enfants de moins de 12 ans et aux personnes sujettes à des crises d’épilepsie, certaines personnes emmènent de minuscules bambins accrochés à leurs épaules. Ils hurlent à tout-va. Les parents ne disent rien, scrutant l’écran où un personnage se transforme en une espèce de loup-garou poilu qui finit par s’échapper dans la salle. JVC ne comprend pas l’irresponsabilité de certains parents. Mais ceci est une autre histoire…

LA FOIRE AUX 6 TROUILLES  

On pénètre dans la cour d’une ancienne fête foraine abandonnée. Sur les côtés, de petites salles regorgent de décors et d’ambiance de clowns délaissés. Ce n’est franchement pas stressant. A déconseiller tout de même pour les petits qui ont peur du noir.

Le pire est à venir dans la cour où soudain, d’étranges chanteurs qui semblent émerger de l’univers ACDC ou de « Mad Max : Fury Road » débarquent à l’improviste. Deux des trois guitares sont des tronçonneuses, la batterie est un hachoir à viande. Les rockeurs jettent leur dévolu sur de pauvres proies (les spectateurs), mais ne trouvent pas viande à leur goût. Recalée pour être trop jolie, la blondinette redescend de la scène, le minot trop mignon et trop maigrelet est éjecté lui aussi. Malgré les bruitages assez forts, cela ne fait pas flipper, mais néanmoins, certains enfants peuvent prendre la plaisanterie au premier degré.

CREUSE TA CITROUILLE  


A partir du 21 octobre et jusqu’au 5 novembre, se déroulera un atelier de fabrication de lanternes d’Halloween, avec de vraies citrouilles. L’activité est payante (5€), mais la citrouille creusée avec l’aide de deux artistes sera emportée par son propriétaire à la fin de la journée. L’endroit est absolument magnifique. Il s’agit d’un cabinet de curiosités où du jus de souris marine dans un bocal et où chaque étagère déborde de drôles d’objets. Idéal pour les enfants les plus attentifs et les plus observateurs. Zéro frayeur.   

L’avis de JVC : 

Les animations sont concentrées dans une zone assez centrale. Il est possible de parcourir le Parc dans le but unique de cibler Halloween.

Faute de temps, nous n’avons pas pu tester la Colère d’Anubis, Mission Perdue et la Maison de la Peur (vérifiez les âges conseillés avant de vous y rendre). Promis, nous essaierons un autre soir, peut-être lors des nocturnes des 28, 29, 30 et 31 octobre !

L’avis d’Anna, 10 ans : JVC vous le livre tel qu’elle l’a écrit. 

 

« C’était trop cool ! Le premier spectacle que l’on a regardé, c’était un spectacle de magie : une femme coupée en deux, un garçon qui flotte dans l’air… Puis on est entrés dans une pièce noire, comme au cinéma. Il y avait un homme qui se transforme en monstre et moi ça ma fait un peu peur. Sinon, dans le Parc, les décors étaient magnifiques. Il y avait plein de citrouilles et des animateurs déguisés et maquillés. Leurs costumes étaient bien réalisés et ils ne faisaient même pas peur. Dans la rue de Paris, on a croisé une sorcière, des araignées, des fantômes. Et puis près du Carrousel, il y avait un homme qui courrait partout avec une tronçonneuse. Elle était fausse sa tronçonneuse et le sang aussi !»

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

163 visiteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *