Une nouvelle Maison de Parfums est née

Jean-Michel Duriez, vous connaissez ? Mais oui, forcément, il fut le nez des parfums Patou, puis de ceux de la Maison Rochas… Il a aussi concocté le parfum du palace Le Bristol, créé des bougies en compagnie de son ami Pierre Hermé, et écrit avec lui un livre « Au coeur du goût ». Aujourd’hui, il annonce la naissance de sa maison de parfums. Un événement dans le monde des « nez », et une fête pour tous ceux et celles qui ne peuvent envisager une journée – ou une nuit- sans déposer un peu de rêve sur leur peau.parfums

L’Etoile et le Papillon : le premier « jus » de la collection

Imaginée pour le mariage de deux amis, cette fragrance unisexe (comme les six autres d’ailleurs) est douce et lumineuse. Elle marie rose turque, ylang-ylang, santal de Calédonie aux volutes lactées, cèdre texan, patchouli, sur fond d’un accord lichen évoquant la mousse des bois. Un parfum aux promesses d’aube alanguie. Le berceau du parfum, un flacon orné d’arcades, dessiné  par Jules Dinand. Et comme tout berceau posé horizontalement, le coffret-tiroir qui accueille le flacon est lui aussi horizontal. Une touche d’orange en illumine l’intérieur comme une aurore ou un crépuscule parisien. Le coffret renferme d’autres jolies surprises. A chaque parfum correspond une photographie signée Gerard Uféras, et un poème dont la délicate Julie Gouazé est l’auteur. Des textes courts et libres, comme des haïkus qui chuchotent des mots fluides et doux.

Les six autres parfums célébrant Paris et ses amours

@Frédérique Lebel

parfumsSeine Amoureuse est un parfum de nuits blanches, un parfum de draps froissés et de corps mêlés. Ingrédients de ces nuits blanches : beurre d’iris du Maroc, essences de cannelle Ceylan, muscade, cumin, cèdre « bois blanc », ciste d’Espagne, accord de cuir daim, résinoïde de benjoin Siam.
L’illusiomagiste célèbre la magie du cirque, les poussières étoilées qui dansent devant les projecteurs, les capes de velours et les nez poudrés de blanc des clowns, les boiseries dorées qui s’éveillent au son des trompettes de l’orchestre nomade. Un parfum qui surgit de l’obscurité pour étinceler sur la piste. Sève d’élémi, essences de citron, poivre noir, lavande, sauge, vétiver  de Madagascar, absolue d’encens frémissent, et tel un coup de baguette magique s’enflamment au moindre mouvement. Une fragrance flamboyante.
Pour Bleu Framboise, J-M Duriez a associé mandarine de Sicile, framboise, rhubarbe, pamplemousse, essence de camomille bleue, absolue de rose turque, essences de galbanum, ylang, absolue de jasmin sambac indien, essences de géranium, patchouli, mousse de chêne… Un parfum gai, coloré, facetté qui fruite les fleurs, fleurit les fruits, fait pétiller la rose turque et les framboises compotées. 
Paris mon secret met en parfum l’histoire de deux amoureux de la capitale. Des amoureux qui arpentent passages, galeries, escaliers de Montmartre, dévorent aussi bien les macarons de chez Hermé, que les revues des bouquinistes. Les ingrédients de cette histoire secrète : essences de bergamote de Calabre, coriandre russe, cannelle de Ceylan, ciste d’Espagne, accord de mangue, essences d’opoponax, patchouli, baume de tolu, absolue de fèves tonka, extrait de vanille naturelle. Un oriental boisé mystérieux comme certains jardins parisiens à découvrir en douce, derrière de somptueuses et lourdes portes cochères. 
Bois froissés a été écrit dans un musée, confesse notre parfumeur. Il n’avouera pas lequel. Je me suis assis et j’ai humé. J’ai inventé un accord texturé et stratifié d’essences de cèdre de Virginie et d’Atlas ». Le résultat est sompteux et addictif. Essences de cèdres Atlas et de Virginie, de basilic, cannelle, papyrus, gomme de styrax Honduras, résine d’encens Somalie, baume de tolu nous font  pénétrer dans un atelier d’artiste où le modèle pose sur un tissu froissé. Oui, mais le titre est « Bois Froissés »? Le bois lui devient une sorte de résonance, il miroite comme un plancher ciré à l’extrême.  
Double-Fond cèle un secret. Une lettre d’amour glissée furtivement il y plus de trois siècles. Glissée et oubliée. Pour ce Double-fond, J-M Duriez a osé des doubles notes. L’une, boisée, puissante, vernie et miellée, l’autre plus discrète de cacao et quelques épices. La lettre est retrouvée, mais cachetée ne dévoile pas les confidences de son auteur. 

En exclusivité dans tous  huit magasins « Printemps » de France

A Paris, depuis sa création en 2007, la « Scent Room » du Printemps met à l’honneur les parfums d’exception dans un lieu original exclusivement dédié aux Maisons et fragrances les plus confidentielles. Fort de la révélation au grand public d’univers olfactifs les plus pointus, le Printemps ne cesse de démontrer sa volonté de proposer des créateurs qui travaillent les belles matières et affirment une identité forte. Depuis le mois de février, la Maison Jean-Michel Duriez Paris s’installe en exclusivité au sein de 8 grands magasins Printemps en France avec sa première collection de parfums : Paris-sur-Seine. « Je suis particulièrement heureux que mes créations soient disponibles dans ces lieux emblématiques de la parfumerie et des parfums d’exception. De tous les grands magasins, c’est celui qui met le mieux en avant la Haute Parfumerie », affirme Jean-Michel Duriez.
  • Collection Paris-sur-Seine : 190 € les 70 ml
  • Coffret découverte Paris-sur-Seine : 125 € les 7×10 ml
A noter : Jean-Michel Duriez est accompagné de Guillaume Auffret pour la création de la Maison Jean-Michel Duriez.
Coté ingrédients, J-M Duriez travaille avec la Maison Robertet (à Grasse)

181 visiteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *