De l’art dans les caves Monmousseau

Pierre de lumière, le tuffeau est à la vallée de la Loire ce qu’est le granit à la Bretagne : une identité culturelle. Constituée de restes d’organismes et de fragments de roches apportés jusqu’à la mer par des cours d’eau, sous forme d’alluvions, cette douce pierre calcaire à grain fin est le résultat de cette sédimentation, qui par tassement et pression a permis leur recristallisation et leur cimentation. Une longue histoire qui date de 90 millions d’années…
caves
Châteaux,  églises, maisons troglodytes, abbayes, aucun  bâtiment n’a échappé au tuffeau chatoyant et lumineux du Val de Loire, dont on trouve les toutes premières traces d’utilisation dès l’Antiquité gréco-romaine.

De l’art en caves

caves

Dans la commune de Montrichard,  à 15 minutes du Zoo de Beauval et de Chenonceaux, les caves de Monmousseau  offrent un circuit de visite alliant vin, art et histoire. La visite guidée se déroule en trois temps sur une partie des 15 kms de galeries.
Tout commence en plein air. D’un balcon surplombant le Cher, la vue s’étend sur la célèbre « Vallée des Rois », souvent appelée « le jardin de la France ». Ce panorama exceptionnel expose toute la typicité du paysage : coteaux, habitations troglodytiques, voies de navigation. La Loire et ses affluents constituent, entre autres, l’une des raisons de l’implantation et du développement des vignobles qui la bordent. Chargé à fond de cale dans les gabares (les bateaux à fond plat qui servaient au transport de marchandises), le tuffeau était acheminé au fil du Cher et des rivières vers les sites de construction du Val de Loire et les régions avoisinantes.

Caves et galeries de lumière, pour le plaisir des yeux

caves

Ces fameuses caves d’extraction de tuffeau entretiennent un lien très fort avec les célèbres châteaux qui les entourent, puisque c’est cette pierre qui en a permis l’édification au temps des plus riches heures de la Renaissance Française. « Elles me rappellent les grottes de Lascaux », confie Cédric Guillermo qui rejoint cette année la « cave aux lumières ». Cet artiste breton reconnu, diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, développe un travail artistique à travers des aquarelles, des sculptures et des installations» où le monde rural tient une place prépondérante. A Monmousseau, « le spectateur entre dans l’univers étonnant des anciennes carrières, puis champignonnières, et aujourd’hui des caves d’élaboration. De nombreuses générations d’hommes et de femmes ont travaillé dans ces caves monumentales (15 kms) en façonnant un véritable paysage souterrain », poursuit l’artiste.
A partir des techniques picturales empruntées à l’art des vitraux, deux autres artistes de renom: Nathalie Dahon et Reno Murat offrent au public une vision inédite des grands châteaux de la Loire, retraçant l’histoire et l’origine des caves. Un univers original et inconnu accompagné d’une symphonie créée par Selva De Mar, qui emporte les visiteurs dans cette traversée au fil de l’eau et de l’histoire.
NaDa( Nathalie Dahon) et Reno Murat déclinent leur art selon trois types d’interventions : la création, l’installation et la performance. Ils œuvrent sur deux modes principaux d’expressions improvisées et en immersion, la vidéo et la peinture en rétroprojection. Le caractère primitif de la peinture mêlé à la précision de la vidéo, la chaleur de l’incandescence picturale et la finesse incisive de l’image numérique renforcent un sentiment envoûtant d’hybridation.

Les secrets d’élaboration d’un vin effervescent pour le plaisir des papilles

Ces caves ont une très longue histoire.  Alcide Monmousseau  les a investies après leur abandon comme carrière en 1886.  Puis Justin Marcel, son neveu et successeur découvre les similitudes des terroirs entre la Champagne et la Touraine. Il produit alors un vin selon la « Méthode de Dom Pérignon ». Dès 1930 les Grands Vins Mousseux de Justin Marcel sont distribués en Europe et servis à la table du Roi Gustave VI Adolphe de Suède. Vous en goûterez à la fin de la visite, soyez tranquille, mais auparavant vous serez initié aux secrets d’un grand vin à fines bulles et notamment la célèbre « Méthode Traditionnelle », qui fait la réputation ancestrale de Monmousseau .

Heures d’ouverture : caves ouvertes toute l’année
Avril à juin et septembre à octobre : tous les jours de 10h00 à 12h30 et de 13h30 à 18h00

Juillet et août : tous les jours de 10h00 à 18h30
Novembre à mars : du lundi au samedi de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h30

Pour tout renseignement : 

71 Rue Vierzon,
41400 Montrichard
Tél 02.54.32.35.15
Fax 02.54.32.56.09

307 visiteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *