Un bon escroc est un farceur ironique

L’anecdote est surprenante : Bernard Madoff, 78 ans, «l’escroc du siècle» condamné en 2009 à 150 ans de prison pour avoir détourné 65 milliards de dollars en pleine crise financière, semble s’être parfaitement adapté à la vie en prison. Madoff est devenu en quelques années une véritable star au centre pénitentiaire de Butner, en Caroline du Nord. Il a volé plus d’argent que quiconque dans l’histoire, et pour les autres voleurs, ça fait de lui un héros. Plus surprenant encore, «Bernie» n’aurait rien perdu de ses «talents» de businessman. Entre les quatre murs de la prison, il se trouverait même à la tête d’un petit monopole… du chocolat chaud. Il a en effet acheté tous les paquets de la marque Swiss Miss à l’intendant et les a revendu plus cher dans la cour de la prison. Il a monopolisé le chocolat chaud ! Il a fait en sorte que si vous en vouliez, vous étiez obligé de passer par Bernie.

JVC reprendra les termes de Romain Gary dans « la vie devant soi » : Quand on a envie de crever, le chocolat a encore meilleur goût que d’habitude.

 

322 visiteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *