Que faire ? Que voir à Mayotte ?

Peu développée du point de vue touristique, contrairement à ses voisines Seychelles et Maurice, spécialisées dans les hôtels de luxe de l’Océan Indien, l’île de Mayotte a pourtant de quoi vous séduire. Un lagon bleu émeraude où s’ébattent les belles baleines à bosse de juillet à octobre, tortues vertes et dauphins toute l’année, randonnées terrestres. Visite guidée de cette île que l’ylang-ylang parfume.

Par Martine Carret

Notre amour pour le Sud de l’île ne se dément pas. Trois séjours à Mayotte en dix ans, trois escapades Jardin Maoré , et de mémorables souvenirs à chacun de ces voyages.

JVC vous propose de vous installer confortablement dans cet écolodge paradisiaque et d’y prendre racine. jvc-jevouschouchoute-mayotte (6)Une voiture de location vous permettra d’explorer à votre guise l’île, en rayonnant à partir de votre camp de base. En journée, vous explorez et le soir, vous regardez le coucher de soleil sur la plage de N’Gouja, parfois même (selon planning), vous savourez les danses locales organisées au sein de l’hôtel et vous testez le masque de protection du visage, ce Msindzano, obtenu par frottement d’un bois de santal sur une pierre de corail.

Quelles excursions tenter ? Où aller ? Que voir ? JVC vous fournit quelques pistes :

LE LAGON VU D’AVION

Franck Corredor (06 39 69 58 75) ne vole que si la météo le permet. Cet aviateur monte à bord de son ULM (Ultra Léger Motorisé) comme d’autres enfourchent un vélo. Il maitrise son manche comme si c’était un banal guidon. jvc-jevouschouchoute-mayotte (19)Pas de trac à avoir, avec lui, on se sent en sécurité.

Départ de la base des Passagers du Vent, situé en bord de mer, près du village de Dapani (commune de Bandrélé), à une vingtaine de minutes en voiture du jardin maoré. Direction le lagon et ses îlots blancs, ses eaux translucides. On voit parfaitement la double barrière de corail, spécifique au sud de l’île. La barrière externe, qui fait une frontière avec l’Océan et la barrière interne, proche de la plage.

Survol de la plage de N’Gouja. Les bungalows sont tellement bien dissimulés dans la nature qu’on ne les voit pas. La plage semble déserte… Magique.

Puis cap sur la terre, la verdure luxuriante, le mont Choungi, qui domine l’île et retour à la base.jvc-jevouschouchoute-mayotte-12

L’ULM vole tranquillement, on a largement le temps de tout regarder, de faire des photos… Facile puisqu’on est à l’air libre….

Les Passagers du Vent

act@ulm-mayotte.com

80 euros par personne pour une durée de 30 minutes

Facebook : www.facebook.com/passagersduventmayotte

SUR LE LAGON

Posés sur la barrière de corail comme des virgules immaculées, les îlots de sable blanc sont idéaux pour le repos.mayotte-jvc-jevouschouchoute (6)

La découverte du lagon se déroule sur une journée, avec le bateau (avec un taud) du Lagon Maoré, club de plongé affilié à l’hôtel. Lagon, plages désertes, îlots immaculés, mais aussi cascades à découvrir.

Prix par personne : 45 euros la demi-journée, 70 euros la journée complète, avec déjeuner et boissons comprises (- 30 % pour les enfants de moins de 12 ans).

De juillet à octobre, il est possible de voir des baleines à bosse s’ébrouer dans le lagon. Toute l’année, des bancs de dauphins viennent régulièrement à la rencontre du bateau. Des Stenellla longirostris, jolis et fins cétacés de deux couleurs (gris foncé et gris clair), rapides et vifs. Une centaine sans doute autour du bateau…, de tous côtés, pour jvc-jevouschouchoute-mayotte-14accompagner notre balade. Parfois, ce sont des Tursiops truncatus, les plus gros des dauphins, gris uniforme, au nez en forme de bouteille (type Flipper). Il est alors possible de se mettre à l’eau avec eux. Contrairement aux Stenella, ils acceptent volontiers la présence des humains.

Enfin, des raies manta de type Alfredi vivent à demeure dans le lagon. Une vingtaine ont été recensées par l’Association ATOLL. Là aussi, on peut se mettre à l’eau, avec précaution, sans leur courir après, en attendant qu’elles viennent nous regarder, curieuses. www.atoll-mayotte.org

Facebook : www.facebook.com/ATOLL.Mayotte

LA RANDONNEE A MAYOTTE

A terre, le sable noir, volcanique, scintille et sa finesse est incomparable. La nature est luxuriante et de grandes balades peuvent vous entraîner vers des points de vue spectaculaires. Les sentiers balisés vous permettront de découvrir les saveurs odorantes de Mayotte : ylang-ylang ou vanille.jvc-jevouschouchoute-mayotte (15)

Au sud : l’ascension du Mont Choungui (594 m) est un must. Avec panorama spectaculaire après une montée de 2h environ. Impossible à effectuer en saison des pluies. La latérite serait alors trop glissante. A réserver aux randonneurs en forme, car la descente est particulièrement pesante.

De nombreuses balades existent aussi pour partir sur les sentiers des champs de vanille ou de l’ylang-ylang. Se renseigner auprès de Baobab Tour. www.baobabtour.fr

Sur Petite Terre (il faut alors prendre le bac, comme pour aller à l’aéroport), le lac Dziani offre lui aussi des très belles vues panoramiques. C’est un lac de cratère, dont interdit à la baignade à cause de ses eaux chargées en soufre. Mais rien n’empêche d’en faire le tour (45 minutes, balade facile de 4,4 km, dénivelé 70m).

BRANDELE, PATRIE DU SEL

La chaleur qui monte du foyer est suffocante, asphyxiante. Pourtant, inlassablement, penchées sur leurs bacs en fer, les femmes mahoraisesmayotte-jevouschouchoute_jvc (1) recueillent patiemment de précieux cristaux salés au fur et à mesure que l’eau bouillante s’évapore. Toute proche, la mangrove fournit à ces « mamas shingo » une inédite récolte de sel qui se déroule selon des rituels immuables, transmis de mère en fille. Aux lunes montantes et descendantes, soit deux fois par mois lors de la saison sèche, la marée qui a envahi la mangrove laisse percer une fine pellicule blanche sur le limon. Agenouillées sur le sol humide, les femmes grattent la terre avec une coquille de noix de coco. Une feuille de palmier plantée au sommet de chaque tas de limon indique à qui il appartient. Le limon est ensuite filtré selon des techniques traditionnelles, un « dzifou », filtre en fibres de coco est déposé au fond d’une « mutzanga », marmite trouée, puis recouvert de sable. Une journée est nécessaire pour obtenir l’eau salée, filtrée, où le sel s’est dissout. La phase d’évaporation survient ensuite et les femmes récoltent le sel avec leurs passoires, au-dessus des longs bacs métalliques. Un travail de titan, long, épuisant qui permet d’obtenir 30 à 60 kg/jour.

Depuis l’an 2000, cette récolte vivrière est passée au stade artisanal : l’association pour le nettoyage et la propreté de la commune de Brandélé a cherché à mettre en valeur le travail quotidien de ces femmes. La production est contrôlée par les services sanitaires et le sel est vendu aux touristes. Un sel qui vaut de l’or pour les mamas shingo.

SENTEURS DES JARDINS

Gratuit, le jardin public botanique de Coconi est ouvert tous les jours (sauf le vendredi de 7h à 11h). A lui seul, c’est un voyage dans les essences de l’île, avec fruits, fleurs et senteurs garanties.

En savoir plus sur la faune et la flore: Association des Naturalistes de Mayotte

Fédération Mayotte Nature Environnement

Facebook : www.facebook.com/MayotteNatureEnvironnement

JVC vous recommande également la visite le dimanche de la plantation Malavounie, que vous pouvez visiter (fruits et légumes locaux) avec déjeuner local inclus pendant que l’ylang-ylang est distillé devant vous. Aurore Ricaille-Souadi de Malavounie Mahoraise est une Nordiste qui s’est implantée sur l’île et a remis au goût du jour les terres familiales de son époux Salim Souadi. Ses confitures, régulièrement primées, sont succulentes.

Facebook : www.facebook.com/saveursetsenteursdemayotte

828 visiteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *