Marie, la mort dans l’âme

Marie, la mort dans l’âme : Ou l’histoire tragique d’une enfant qui perd sa sœur à l’âge de dix ans racontée en bande dessinée. Sur un ton bienveillant le thème de la mort et du deuil sont présentés aux 8-12 ans.mort

Voici un livre qui au premier abord dérange. Quel parent a envie d’aborder avec ses enfants le sujet de la mort ? Qui parle volontiers du deuil ? Qui plus est avec une personne qui ne devrait pas être en âge d’y être confronté.
La peine de perdre un être cher est indescriptible. Les parents n’ont pas à enterrer leurs enfants. Les enfants n’ont pas à devoir affronter un mur aussi infranchissable.

Si cette douleur peut s’abattre sur nous tous, à tout âge, personne n’y est préparé. Cela peut être la perte d’un animal dans la petite enfance qui la première fois amène le sujet comme discussion. Si c’est un grand-parent qui disparait, le passage n’est pas plus facile mais l’adulte trouve des explications plus rationnelles. Mais alors lorsque la mort est totalement soudaine ? Perçue comme tellement injuste ? Comment trouver les mots qui peuvent atténuer la sidération, éviter le déni.

Ici Marie a tout juste dix ans lorsqu’elle connaît cette grande douleur. Luce, sa petite sœur, est morte…Un jour, un drôle de cafard, prénommé Outch, s’invite à ses côtés pour l’aider à traverser cette épreuve. Avec lui, Marie retrouvera, au-delà de la souffrance, la paix et la joie.

Outch, le « cafard-conseil » :

Outch n’en est pas à son premier sauvetage. Il est le héros qui accompagne les enfants en souffrance. D’un livre à l’autre, Outch, cafard tendre et malicieux, réconforte, apporte son soutien tel un Jiminy Cricket. Il sait écouter ou délivrer de précieux conseils pour aborder la vie autrement.

Les éditions Tutti Kids qui développe des outils multimédia pédagogiques et ludiques pour la jeunesse en sont au deuxième livre de la série. Le premier, Max fait le poids  abordait avec simplicité et bienveillance un autre sujet de société. Outch le cafard était déjà présent.

Suite à la lecture du livre, Noé, 9 ans est d’accord avec le fait qu’il est important de garder le souvenir d’une personne qui n’est plus là. Il faut vivre le moment présent même si la personne n’est plus là et garder le sourire. Enora, 6 ans a lu le livre à haute voix toute seule. Il y avait des mots tristes mais elle a aimé le lire.

Des auteurs au cœur du sujet :

Comme pour Max fait le poids, le nouveau titre repose sur l’écriture d’un auteur qui est lui-même passé par le drame raconté.
En effet, Christine d’Erceville, scénariste de Marie la mort dans l’âme, dépeint toute une palette de sentiments qu’elle connaît hélas. Durant son adolescence, la mort frappe sa famille. Elle est victime d’un grave accident de la route. Ses parents, ses frères et ses sœurs, dont sa sœur jumelle y perdent la vie. Elle connait les mots qui permettent de sensibiliser le lecteur, petits et grands, à l’inacceptable séparation. Une dimension testimoniale et humaine à laquelle est attachée l’éditrice, Myriam Rembaut, et qui fait le sel du concept de cette collection.

Le crayon de Cécile Guinement, fluide, tout en rondeur et léger, projette le lecteur dans le quotidien de Marie. Il peint ses sentiments avec sincérité, toujours en phase avec la candeur de l’enfance.
Le format de cet album souple permet de le glisser où bon vous semble. Après la BD, Marie la mort dans l’âme est suivi de 10 pages informatives, pour nourrir la réflexion. La mort, les rites et traditions pour les disparus comme les survivants y sont racontés.

Marie la mort dans l’âme

Préface de Yves Duteil / 12 €
En vente sur la Boutique Tutti Kids

Les enfants et le deuil :

Selon une étude récente, la peur de la mort est une préoccupation importante des enfants interrogés. Elle suit de près les peurs quotidiennes, les peurs des conflits et celles de l’échec scolaire.
Plus encore que chez les adultes, cette expérience peut se révéler traumatisante pour les enfants. Elle risque de gangréner leur vie future, les empêchant de s’épanouir sereinement.
Il est primordial de poser des mots sur les maux. Pour permettre aux enfants de mieux comprendre ce que signifie la mort. Pour les aider à traverser cette période douloureuse, tout en transmettant la flamme de l’espoir… tels sont les enjeux de la BD Marie la mort dans l’âme. Cet album fait aussi la part belle à l’humour et à la poésie.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

593 visiteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *