Thedecoralist.com : une nouvelle expérience

thedecoralist-jvc-jevouschouchoute(3)

Créé à l’initiative de près d’une vingtaine d’éditeurs et distributeurs de textile d’ameublement regroupés dans le Comité de la Haute Décoration, The Decoralist.com est la nouvelle expérience décoration. Avec un nom inspiré du célèbre blog de mode The Sartorialist, The Decoralist.com regroupe les meilleures adresses de la décoration, des explications sur les savoir-faire, des conseils déco… . C’est en fait le premier guide à destination des particuliers pour réaliser avec les meilleurs artisans et les plus grands éditeurs une décoration sur-mesure.

Le but : partager passion et expertise de spécialistes au service des particuliers, en donnant de bonnes adresses, en les guidant de façon concrète et pragmatique dans leur choix et en leur apprenant à mélanger les styles, les matières avec délicatesse, subtilité et fantaisie.

Concrètement, si vous avez envie de changer de rideaux, de refaire un fauteuil, d’avoir des conseils sur la décoration d’une pièce ou de votre maison en général, vous allez sur le site Thedecoralist.com, et là vous obtenez des conseils (dans la rubrique magazine) et toutes les adresses (dans tout la France) où trouver artisans, matières premières etc. Si vous avez une question particulière, vous envoyez un mail, et un décorateur vous répondra, gracieusement.

thedecoralist-jvc-jevouschouchoute(6)

A noter, parmi les éditeurs et distributeurs de textile d’ameublement faisant partie de l’équipe thedecoralist.com, citons :

Angély Paris, Bisson Bruneel, Christian Fischbacher, Création Baumann, Declercq Passementiers, Dedar, Houlès, Lelièvre, Pasaya, Romo, Rubelli, Veraseta, Ateliers Phelippeau, Charles Jouffre, Cousins Sosegh & Associés, Franck Pothier, Gabriel Ravet, Toscane-Descaillot.

La visite de l’atelier parisien situé rue de l’Université avait ce matin là quelque chose de magique. Nous étions telles des souris visitant l’atelier du Père Noël. Les petits lutins s’activaient, chacun maîtrisant à la perfection la réalisation de son ouvrage. Il suffisait de les observer pour comprendre sur l’instant à quel point la voie qu’ils avaient choisie était une véritable vocation. Aux coussins, une brodeuse de formation était fille de menuisier et avait donc grandi proche du bois ; au montage des ressorts, un « artiste » déjà d’un âge sage, qui décrivait son choix comme ayant été dirigé par sa mère, qui travaillait jadis à la Chambre de Commerce et d’Industrie auprès d’un tapissier nommé Lesage…Vous l’avez compris, aucun n’était là par hasard !

749 visiteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *