Les excès tuent plus sûrement que les épées.

Après avoir donné du travail supplémentaire aux sapeurs-pompiers de Londres, par une recrudescence d’appels de la part de partenaires sexuels coincés dans leurs menottes, le succès de vente de « Cinquante nuances de Grey», de la Britannique E.L. James, met en alerte les médecins généralistes britanniques. Cette fois, il semble que les aventures sado-maso de l’étudiante vierge Anastasia Steele et de son amant donnent des inspirations coquines aux seniors.

Embarrassants ou non, ce sont au total 1300 incidents qui ont nécessité l’intervention des secours depuis 2012, année de parution de l’ouvrage.

50-nuances-de-Grey-JVC-jevouschouchoute-MST-bondage-sado-masochisme

Les interventions liées aux menottes se multiplient. « Je ne sais pas s’il y a un effet « Cinquante nuances de Grey », mais le nombre d’incidents liés aux menottes a augmenté. Ce dont je suis certain, c’est que, le temps que nos équipes arrivent sur place, la plupart des victimes affichent cinquante nuances de rouge » commente un sapeur-pompier de Londres. Dans un souci de prévention la brigade londonienne conseille de « Garder toujours les clés à proximité ». Elle a dû intervenir pas moins de 79 fois ces dernières années pour libérer des petits coquins de leurs menottes. Certains sapeurs-pompiers rapportent aussi avec émotion les malheurs de cet homme secouru avec son membre coincé dans un aspirateur ou de cet autre qui avait préféré un grille-pain. Mais le flegme britannique triomphe comme toujours car « la plupart des accidents, pour lesquels nos hommes ont été appelés, auraient pu être évités avec un peu de bon sens » estime l’officier Dave Brown.

Pour le docteur Charlotte Jones, présidente du comité des médecins généralistes, il n’y a aucun doute, le succès de vente de ce livre Cinquante nuances de Grey serait aussi à l’origine d’une hausse des maladies sexuellement transmissibles chez les plus de 45 ans. C’est ce qu’elle affirme dans les colonnes du quotidien britannique The Independant. Selon elle, le livre érotique a encouragé certains couples à adopter des pratiques sexuelles « un peu plus poussées » sous la couette, sans utiliser pour autant de protection contre les MST. Ce roman, vendu à plus de 100 millions d’exemplaires, décrit notamment des scènes de bondage et de sado-masochisme.

Le médecin s’appuie sur des chiffres du ministère de la Santé britannique qui rapporte 1.374 cas de MST, hors chlamydia, en 2012 chez les plus de 65 ans, contre 1.281 deux ans plus tôt, soit une hausse de 7%. Pour autant, les Britanniques âgés de 45 à 64 ans ont connu eux aussi une augmentation de 3% des MST, passant de 19.896 cas à 20.445.

Si JVC constate que les voix du succès sont impénétrables, en effet JVC ne dispose pas des effets induits du roman français publié en 1954 « Histoire d’O ».

699 visiteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *