Sous les peurs, le bonheur: Agir pour être heureux !

Un livre ayant pour dessein d’aider vous lecteur à comprendre les enjeux de la liberté et de la responsabilité auxquels vous,  candidat au bonheur ne sauriez échapper !

Lecture_Sous-les-peurs-le-bonheur_jvc

Comprendre pourquoi, confrontés à des choix multiples et variés et assaillis de doutes,  de craintes et de peurs, nous adoptons souvent un comportement irresponsable, hyper-responsable ou hésitant.

Alors comment identifier les peurs qui se cachent derrière le syndrome du « Panoupanou » ou du « Super héros » ;

Comment prendre sa juste part de responsabilité pour être libre et heureux ?

SOUS LES PEURS, LE BONHEUR

Agir pour être heureux

Catherine Clouzard

192 pages – 18,00 € – sortie début juin aux éditions Eyrolles

Extrait : Nous aspirons tous au « bonheur » et à la « liberté » mais nous nous sentons soumis à des pressions extérieures qui nous échappent, nous dépassent et nous font peur. Il s’agit des pressions existentielles si chères aux gestalt-thérapeutes que sont « la finitude », « la responsabilité », « l’imperfection », « la solitude » et « la quête de sens ». L’existence humaine peut se vivre comme un combat perpétuel, une lutte plus ou moins incessante contre toutes sortes de peurs qui, mal accueillies, mal gérées, peuvent nous empêcher d’être libre et heureux.

En fait, nous passons notre vie à nous confronter à des choix : décider d’un métier, nous engager avec un partenaire de vie, devenir parent ou non, rompre ou renouer avec un ami… Face à ces choix, la tentation de démissionner de ses responsabilités est fréquente et se manifeste par deux attitudes opposées : la passivité ou l’hyperactivité. Les passifs vont se maintenir dans une forme de déni ou d’ignorance allant jusqu’au sabotage ou à la paralysie. Les autres vont s’impliquer à l’excès, cherchant à tout contrôler et se sentant responsables de tout, même de ce qui ne leur incombe pas.

Identifier, reconnaître et traverser ses peurs étroitement liées aux pressions existentielles permet d’accéder au statut de « sujet » et d’adulte « suffisamment responsable » ; c’est-à-dire une personne capable d’assumer, outre ses responsabilités, la singularité de ses choix, de donner du sens à sa vie, reconnaître et gérer au mieux ses limites et aussi ses imperfections.

Exemple : Derrière le syndrome du « panoupanou » (Je n’y suis pour rien) on peut identifier la peur d’être montré du doigt, dévalorisé, réprimandé ou puni qui vise à masquer une faute, une erreur ou une faille personnelle liée à la pression existentielle d’imperfection.

Le livre pose clairement, dès le début, les enjeux de la liberté et de la responsabilité auxquels tout candidat au bonheur ne saurait échapper. Elle nous invite à ouvrir notre conscience, intégrer nos émotions pour agir librement et elle propose de nombreux tests pour identifier nos syndromes.

VIENT DE PARAITRE CHEZ EYROLLES

WAKE-UP

4 principes pour arrêter de vivre sa vie à moitié endormi de Christine Lewicki (10 avril)

Sortie début avril chez Pocket du best-seller « J’arrête de râler »

JE NE VEUX PLUS FAIRE SEMBLANT

Etre franc pour être vraiment de Christian du Mottay (5 mars)

656 visiteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *