L’optimiste construit l’avion, le pessimiste invente le drone.

Un lycéen de 18 ans, qui passe son baccalauréat le mois prochain, a été condamné à Nancy à 400€ d’amende pour mise en danger de la vie d’autrui et non-respect de la réglementation aérienne. Il a utilisé un drone équipé d’une caméra pour survoler la ville et exploité les images sur les réseaux sociaux. Mais son succès a alerté les autorités, dont la Direction Générale de l’Aviation Civile, qui a rappelé à l’auteur de la vidéo les règles relatives aux drones civils. Les utilisateurs de ces engins doivent passer une formation similaire à celle des pilotes d’ULM et obtenir une autorisation particulière lorsqu’ils souhaitent faire voler un drone au-dessus d’un espace urbain.

Avis aux propriétaires de drones, ce cas pourrait faire jurisprudence tant la réglementation est stricte. L’annonce de poursuites pénales avait enflammé les réseaux sociaux. A contrario, sur Twitter, de nombreux professionnels de l’aéronautique avaient souligné les risques inhérents aux drones civils quant à une possible perte de leur contrôle, notamment lorsqu’ils atteignent une certaine altitude.

JVC souhaite éviter les écarts de langage traditionnels comme :

  • Il faudra bientôt un permis d’avion Rafale pour conduire une Clio !
  • Quel dommage que notre justice ne sache pas faire preuve d’autant de sévérité dans d’autres affaires bien plus déplorables !

Aussi JVC propose d’inventer :

  • Un airbag à drone ou plus discret,
  • Un paradrone portable et pliable à ouverture manuelle.

Enfin, JVC constate que si le plus grand risque est de recevoir un drone sur la tête en traversant une rue ou de glisser sur une crotte de chien gluante et de se casser le col du fémur, alors il faut interdire de faire voler les chiens.

 

533 visiteurs

Comments: 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *