L’erreur est strictement humaine, le pardon divin.

On vient de retrouver sur le Web la chatte Pomponnette du boulanger Aimable Castanier (Raimu). Elle est rentrée au galop……« Ah ! Te voilà toi ! Regarde, la voilà, la voilà, tu l’as vue retourner la Pomponnette ?… ( monter le son pour le bang )

La scène serait passée inaperçue sans l’œil expert d’un internaute. Nous sommes à Saint-Céré, près de Figeac, dans le département du Lot, où un couple d’artisans était en lice dans l’émission « La meilleure boulangerie de France« .

JVC ne pouvait pas ne pas associer à ce moment de rire, le film : « La Femme du Boulanger » réalisé par Marcel Pagnol en 1938. Adapté d’une nouvelle de Giono, c’est le meilleur film de Marcel Pagnol.affiche-du-film-la-femme-du-boulanger-JVC jevouschouchoute Raimu en boulanger désespéré y trouve son plus beau rôle. Raimu grandiose, émouvant est drôle, jusque dans son prodigieux cabotinage lors de la scène de la soûlerie. Pagnol valorise le thème du pardon, moins au sens religieux qu’humaniste. La misogynie du dénouement, qui voit le boulanger insulter une chatte revenue au bercail, car n’osant pas s’adresser à son épouse prise de remords devant lui, doit être replacée dans le contexte de l’époque et ne saurait étiqueter Pagnol au rayon des cinéastes moralistes. « La tendresse, dis, qu’est-ce que tu en fais de la tendresse ? Tu crois que ton berger de gouttière se réveillerait la nuit pour te regarder dormir ? Dis, tu crois que si tu étais partie, il laisserait refroidir son four s’il avait été boulanger ? … Et pourtant, pourtant, si on pense à tout, il est vieux Pompon, elle est jeune, elle pourrait être sa fille … Alors, si la nature l’a voulu … »

JVC pense que pardonner, c’est oublier dans le bon sens du terme. Pas oublier ce que l’on a appris mais oublier pour pouvoir aimer sans jamais avoir été blessé.

536 visiteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *