Petite histoire de la vue des enfants et ses défauts 1/2

Les 3 premières années de sa vie sont primordiales pour la vue des enfants.

lissac enfant vue oeil

Vous êtes tout à la joie d’observer les progrès de votre merveille. Si les premiers jours votre enfant s’est surtout repéré grâce à votre odeur et la reconnaissance des voix qu’il a entendu pendant plusieurs mois in utero, au bout de quelques semaines il va ne plus seulement distinguer des formes mais reconnaître les contours des visages familiers, différencier les couleurs et peu à peu sa vue va s’affiner.

C’est le cas idéal voire idyllique, parfois hélas la situation est moins heureuse et l’enfant vient au monde avec certaines malformations physiques au niveau du visage qui vont soit altérer les capacités visuelles du petit soit si sa faiblesse visuelle est installée, le port de lunettes dites  » classiques » sera douloureux voire impossible.

Les opticiens Lissac sont spécialisés pour équiper les enfants dès le plus jeune âge en étroite collaboration avec les ophtalmologistes, orthoptistes et pédiatres. Ils sont capables de réaliser des lunettes « sur-mesure » adaptée pour répondre à un besoin spécifique.
A sa naissance, bébé voit mais craint les fortes lumières. Il distingue un objet à 30 cm de ses yeux. Il fixe le visage de sa maman dès le 3 ème jour mais ne la reconnaît qu’à partir de 6 semaines. A 4 mois et demi, il suit les mouvements et commence à appréhender la distance des objets.
A 9 mois, il voit plus loin, perçoit les détails et les couleurs franches.
A 24 mois il a 7/10 ème .
De 1 à 6 ans, l’acuité continue de s’affiner. C’est à 6 ans, âge de l’apprentissage de la lecture, que la vue de l’enfant est pleinement mature : 10/10 ème . Sa vision est alors quasi identique à celle d’un adulte.
Mais attention, son champ visuel avant 7 ans n’est pas aussi large que celui d’un adulte, d’où le risque quand il traverse la rue !

Vers 15 ans l’acuité visuelle de l’adolescent va atteindre sa valeur maximum qui sera de 14/10 ème  en moyenne ! Il est alors au summum de ses capacités visuelles et possède sa vue d’adulte.

ATTENTION s’il colle son nez sur son cahier, se plaint de ne pas voir le tableau ou confond certaines lettres, se frotte souvent les yeux, se plaint de la lumière.
L’hypermétropie
Presque tous les enfants sont concernés par ce défaut visuel à la naissance. Surtout gênant en vision de près, il disparaîtra, chez la plupart des enfants, entre 6 et 10 ans. Une hypermétropie importante doit être corrigée pour éviter le risque de strabisme ou d’amblyopie (affaiblissement de la vue, d’un œil ou des 2 yeux). La correction se fera à l’aide de verres convexes, (correction positive), que l’opticien vous conseillera d’amincir pour éviter l’effet loupe.

La myopie
Bien qu’apparaissant le plus souvent à l’adolescence, ce défaut peut se manifester tout au long de la croissance. La vision de près de l’enfant myope étant excellente, il aura tendance à coller son nez sur son cahier, à se placer trop près de la télévision. Par contre, il aura des difficultés à lire le tableau. La myopie pourra se stabiliser à la fin de la croissance. La correction se fera à l’aide de verres concaves (correction négative) plus épais au bord qu’au centre, que votre opticien vous conseillera d’amincir, pour plus de légèreté et d’esthétique.

L’astigmatisme
Ce défaut visuel qui persiste toute la vie, est due à un défaut de cour- bure de la cornée et /ou du cristallin. La vision se trouve déformée aussi bien de loin que de près et peut entraîner par exemple une confusion dans la perception des lignes. La correction de l’astigmatisme, que votre ophtalmologiste a appelée «cylindre» sur l’ordonnance de votre enfant, se fera à l’aide d’un verre d’épaisseur inégale. Là encore, les conseils de votre opticien seront très précieux quant au choix du verre et de la monture !

Le strabisme
Ce défaut considéré comme «normal» jusqu’à 3 mois, peut exister à la naissance ou apparaître plus tard. Il correspond à un défaut de parallélisme des axes du regard. L’œil qui ne fixe pas peut devenir «paresseux» et, sans correction, mener à l’amblyopie. Le traitement passera par des séances de rééducation pratiquées par un orthoptiste et sera le plus souvent accompagné par le port de lunettes «d’entraînement visuel» pour faire travailler cet œil paresseux !

Quand consulter ?
Il existe trois visites de dépistage obligatoires chez le pédiatre, à 8 jours, 9 mois et 2 ans. Le premier examen «ophtalmologique» doit avoir lieu à 9 mois.
Entre 2 et 6 ans, une visite annuelle de contrôle est recommandée.
Des visites de contrôle régulières chez un ophtalmologiste sont naturellement conseillées tout au long de l’enfance et surtout si vous avez le moindre doute.

La prise en charge
Avant 6 ans et sur présentation d’une ordonnance, votre enfant peut bénéficier d’autant de lunettes que nécessaire.
La sécurité sociale prendra alors en charge 60% du tarif conventionné pour chaque équipement prescrit et cela sans limitation.

De 6 à 18 ans, votre enfant a droit à un équipement par an, remboursé à 60% du tarif de convention par la sécurité sociale, le reste pouvant être pris en charge pour tout ou partie par votre mutuelle.
N’hésitez pas à interroger votre opticien Lissac sur les possibilités de tiers payant avec votre mutuelle, ce qui vous évitera l’avance des frais.

Consultez aussi notre chronique : lissac-opticien-du-sur-mesure-enfant-2/2

lissac vue enfant

576 visiteurs

Comments: 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *